"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mardi 27 septembre 2016

Saint Sébastien [Dabovitch]: Si vous êtes vraiment intéressés par le bien-être de vos enfants...



Si vous êtes vraiment intéressés par le bien-être de vos enfants, pourquoi ne pas observer strictement, ne serait-ce qu'une fois par semaine, comment ils apprennent leurs cours sur l'étude de la Loi de Dieu [cathéchisme], comme vous le faites pour les devoirs à la maison, que les enfants semblent être forcés d'avoir préparés dans les douze prochaines heures pour leur école publique? 

Vous devez obéir à Dieu, avant les maîtres d'écoles et tous les autres maîtres, ou perdre vos âmes à cause de la responsabilité qui repose sur vous pour le bien-être présent et futur de vos enfants.

Là où il y a l'intelligence, il y aura toujours des connaissances. Pourtant, vous devez éduquer l'enfant. Vous enseignez au garçon et à la fille, la  géographie et l'histoire; mais si vous ne formez pas la volonté de l'enfant, dans le but non seulement de vous plaire vous ses parents, mais de se plier devant la sainte volonté de Celui Qui est le seul juste rémunérateur du bien et du mal, alors vous êtes un échec en tant que chrétien. 

Lorsqu'il n'y a pas de discipline, il n'y a pas de constance.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
Sebastian Dabovich

Preaching in the Orthodox Church: 

Lectures and Sermons 

by a Priest of the Holy Orthodox Church 

cité par

Orthodox Church Quotes

L'Ami de Dieu/上帝的朋友 [63]



C'est par ton amour
Qu'image et ressemblance
Deviennent tangibles
Haïjin Pravoslave


FEUILLETS LITURGIQUES DE LA CATHÉDRALE DE L’EXALTATION DE LA SAINTE CROIX



14/27 septembre

EXALTATION DE LA SAINTE CROIX
Jour de jeûne

Dormition de St Jean Chrysostome (407)
Lectures : I Cor. I, 18 - 24 ; Jn. XIX, 6-11,13-20,25-28,30-35

HOMÉLIE DE SAINT JEAN DAMASCÈNE SUR LA CROIX
C'
est pourquoi ce bois vénérable, véritablement digne de piété, sur lequel le Christ s'est offert Lui-même pour nous, est adorable en tant que sanctifié par Son Saint Corps et par Son Sang ; et aussi les clous, la lance, les vêtements, les lieux sacrés où Il a séjourné (la crèche, la grotte, le Golgotha salutaire, le Tombeau vivifiant, cet acropole de la Sion des Églises), et autres choses semblables. Comme le dit David, l'ancêtre de Dieu : « Nous entrerons dans Son tabernacle, nous adorerons au lieu où se sont tenus Ses pieds ». La suite montre qu'il parle de la Croix : «Lève-toi, Seigneur, dans Ton repos ». (Ps. 131, 7). La Croix est suivie de la Résurrection. Si nous affectionnons des choses qui nous sont chères comme la maison, le lit, le vêtement, combien plus celles du Dieu Sauveur, par lesquelles aussi nous sommes sauvés. Et nous adorons également le type de la Croix vénérable et vivifiante, même tirée d'une autre matière : nous ne vénérons certes pas la matière, mais le type, qui est le symbole du Christ. Il a dit en effet à Ses propres disciples comme s'Il leur léguait Son testament : « alors apparaîtra le signe du Fils de l'homme dans le ciel ». (Mat. XXIV, 30), voulant parler de la Croix. C'est pourquoi aussi l'Ange de la Résurrection dit aux femmes : « Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ». Il y a beaucoup de christs et de Jésus, mais il y en a un seul crucifié. Il ne dit pas: percé d'une lance, mais crucifié. Il faut donc adorer le signe du Christ, car là où est Son signe, Lui y est aussi. Quant à la matière dont on a fait l'image de la Croix, quoique la pierre ou l'or soient dignes de respect, il n'y a pas à adorer une fois l'image détruite. Nous adorons donc tout ce qui est consacré à Dieu, en reportant sur Lui la piété. Le Bois de Vie, celui que Dieu planta au paradis, a préfiguré cette Croix vénérable, car la mort étant venue par le bois, il fallait que par le bois fussent données la Vie et la Résurrection ; Jacob le premier, en se prosternant devant le sommet du bâton de Joseph, a réalisé l'icône de la Croix et de même, en bénissant ses enfants avec ses mains croisées, il a très clairement désigné le signe de la Croix. Le bâton de Moïse frappa la mer comme une croix et sauva Israël en plongeant Pharaon dans l'abîme ; ses mains étendues en croix faisaient fuir Amaleck ; le bois adoucit l'amertume de l'eau, il fissure la pierre et en fait sourdre l'eau. Le bâton d'Aaron lui assure la dignité du sacerdoce. Le serpent a été élevé sur le bois, quoique mort, et le bois sauvait ceux qui regardaient avec foi à l'adversaire mort, comme le Christ qui dans la chair du péché a été cloué au bois sans qu'Il ait connu le péché. Le grand Moïse déclare : « Vous verrez votre vie pendue au bois devant vos yeux». (Deut. XXIIX, 66) et Isaïe : « Tout le jour j'ai étendu mes mains vers un peuple incrédule et discuteur ». (Is. LV, 2). Nous qui adorons cela, puissions-nous trouver part auprès du Christ crucifié. Amen.
À LA LITURGIE
1er antiphone, psaume 21, ton 2.
Après chaque verset : Моли́твами Богоро́дицы, Спа́се, спаси́ на́съ / Par les prières de la Mère de Dieu, Sauveur, sauve-nous

Бо́же, Бо́же мо́й, вонми́ ми, вску́ю оста́вилъ мя́ еси́ ?
Дале́че отъ спасе́нiя моего́  словеса́ грѣхопаде́нiй моихъ.
Бо́же мо́й, воззову́ во дни́, и не услы́шиши, и въ нощи́, и не въ безу́мiе мнѣ́.

Ты́ же во святѣ́мъ живе́ши,  Хвало́ Изра́илева.
Слава, и нынѣ: Моли́твами Богоро́дицы, Спа́се, спаси́ на́съ.
Ô Dieu, mon Dieu, tourne-Toi vers moi, pourquoi m’as-Tu abandonné ?

Elles sont loin de me sauver, les paroles de mes transgressions.   

Mon Dieu, je crie durant le jour, et Tu ne m’écoutes pas ; la nuit aussi, et ce n’est pas déraison de ma part.   

Mais Toi, Tu habites dans le sanctuaire, louange d’Israël.
Gloire… et maintenant : Par les prières de la Mère de Dieu, Sauveur, sauve-nous.
2è antiphone, Psaume 73, ton 2.
Après chaque verset : Спаси́ ны́, Сы́не Бо́жiй,  Пло́тiю распны́йся, пою́щия Ти́:  аллилу́iя / Sauve-nous, Fils de Dieu, crucifié dans la chair, nous qui Te chantons, alléluia

Вску́ю, Бо́же, отри́нулъ ны́ еси́ до конца́ ?
Помяни́ со́нмъ Твой, его́же стяжа́лъ еси́ испе́рва.

Гора́ Сiо́нъ сiя́, въ нéйже всели́лся еси́.
Бо́гъ же, Ца́рь на́шъ, пре́жде вѣ́ка содѣ́ла спасе́нiе посредѣ́ земли́.
Pourquoi, ô Dieu, nous as-Tu rejetés pour toujours ?
Souviens-Toi de ce peuple que Tu as rassemblé, que Tu as acquis à l’origine.
Ici, c’est la montagne de Sion, où Tu as établi Ta demeure.

 Dieu est notre Roi avant les siècles, Il a opéré le Salut au milieu de la terre.    


Слава, и нынѣ: Единородный Сыне/ Gloire…et maintenant ; Fils Unique…
3è antiphone, Psaume 98, ton 1.
Après chaque verset, le tropaire de la fête
Го́сподь воцари́ся, да гнѣ́ваются лю́дiе.

Го́сподь воцари́ся, да гнѣ́ваются лю́дiе, сѣдя́й на Херувíмѣхъ, да подви́жится земля́.

Го́сподь въ Сiо́нѣ вели́къ и высо́къ е́сть над всѣ́ми людьми́.

Поклони́теся Го́сподеви во дворѣ́ святѣ́мъ Его.
Le Seigneur a établi Son Royaume, que les peuples frémissent !


Le Seigneur a établi Son Royaume, Il siège sur les chérubins, que la terre chancelle !


Le Seigneur est grand dans Sion et élevé au-dessus de tous les peuples.


Exaltez le Seigneur dans Son saint palais.   

Au lieu du trisaghion :
Кресту́ Твоему́ покланя́емся, Влады́ко, и свято́е воскресéнiе Твоé сла́вимъ.
Nous nous prosternons devant Ta Croix, ô Maître, et nous glorifions Ta Sainte Résurrection.
Tropaire de l’Exaltation de la Croix, ton 1
Спаси́, Го́споди, лю́ди Твоя́ и благослови́ достоя́ніе Tвоé, побѣ́ды правосла́внымъ христiáномъ на сопроти́вныя да́руя, и твое́ coxpaня́я Кресто́мъ твои́мъ жи́тельство.
Seigneur, sauve Ton peuple et bénis Ton héritage ; accorde aux chrétiens orthodoxes la victoire sur les ennemis et garde Ton peuple par Ta Croix.


Kondakion de l’Exaltation de la Croix, ton 4
Вознесы́йся на крéстъ во́лею, тезо-имени́тому Твоему́ но́вому жи́тель-ству щедро́ты твоя́ да́руй, Xристе́ Бо́же, возвесeли́ си́лою Tвоéю правосла́вныя  христіа́ны, побѣ́ды дая́ и́мъ на сoпоста́ты, посо́біе иму́-щымъ Твое́ ору́жіе ми́ра, непобѣди́-мую побѣ́ду.

Toi qui T’es volontairement élevé sur la Croix, ô Christ Dieu, accorde Tes miséricordes au nouveau peuple qui porte Ton Nom. Réjouis les chrétiens orthodoxes par Ta Puissance et donne-leur la victoire sur les ennemis, ayant pour secours Ton arme de paix et trophée invincible.

Au lieu de Il est digne en vérité, ton 8
Велича́й душé моя́, пречестны́й Крéстъ Го́сподeнь. Таи́нъ ecи́ Бого-ро́дицe pа́й, невоздѣ́ланно возра-сти́вшій Xpиста́, и́мже кре́стное живоно́сное на земли́ насади́ся дре́во, тѣ́мъ ны́нѣ возноси́му покло-ня́ющеся ему́, Tя велича́eмъ.
Magnifie mon âme la très précieuse Croix du Seigneur. Tu es, Mère de Dieu, le paradis mystique où le Christ a germé sans culture ; c’est par Lui qu’a été planté sur terre l’arbre vivifiant de la Croix. C’est pourquoi dans son exaltation en ce jour, nous L’adorons et nous Te magnifions.



L’Exaltation de la Croix du Seigneur, en mémoire des souffrances du Christ sur la Croix, est un jour de jeûne strict, le poisson n’étant pas même permis. La fête de l’Exaltation comprend un jour d’avant-fête et sept jours d’après-fête. La Croix, exposée au milieu de l’église, reste sur le lutrin jusqu’à la clôture de la fête, à savoir le 21 septembre / 4 octobre. Le jour de la clôture, à l’issue de la Liturgie, elle est portée par le prêtre, qui entre par les portes royales dans le sanctuaire, au chant du tropaire et du kondakion de la fête. Le prêtre encense ensuite la Croix sur l’Autel et la remet ensuite à son emplacement habituel.



lundi 26 septembre 2016

L'onction d'Huile Sainte


Dans une partie de lettre, le staretz Sophrony écrit à propos de l'huile sainte et sur la manière de l'utiliser. Il se réfère plus précisément à la Sainte Onction, mais cela pourrait s'appliquer ainsi à toute l'huile sainte:

"Je suis heureux que ta joue aille mieux. Tu dois l'oindre avec l'huile que tu as maintenant et tu devrais le faire de la manière suivante:

Tu devrais prendre un peu d'huile sur le bout de ton doigt, et faire le signe de la croix sur la partie du corps malade et dire:

"Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit... Ô Seigneur, guéris mes afflictions corporelles et spirituelles, et sauve-moi,comme Tu sais le faire."

Ensuite, tu dois frotter la partie du corps malade. Ceci tu devrais le faire sur tous les membres du corps qui souffrent. Peu importe que tu sois guéri ou non, tu devrais faire cela pour être sanctifié.

J'ai connu, cependant, une multitude de cas de guérisons étonnantes. Cette huile sainte [id est le sacrement de la Sainte Onction] est particulièrement sanctifiée. Elle est sanctifiée le mercredi ou jeudi de la Semaine Sainte... "
   
Par les prières de nos saints Pères, Seigneur Jésus-Christ notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous! Amen!

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après



L'Ami de Dieu/上帝的朋友 [62]



Le chemin du Ciel
Lors de chaque Liturgie
Descend parmi nous
Haïjin Pravoslave

dimanche 25 septembre 2016

L'Ami de Dieu/上帝的朋友 [61]


Sous l'Autre Soleil
Tout s'éclaire et se comprend
En belle évidence
Haïjin Pravoslave


FEUILLETS LITURGIQUES DE LA CATHÉDRALE DE L’EXALTATION DE LA SAINTE CROIX



12/25 septembre
14ème dimanche après la Pentecôte,
avant l’Exaltation de la Croix

Clôture de la fête de la Nativité de la Très sainte Mère de Dieu ; saint Autonome, évêque en Italie, martyr en Bithynie (313) ; saint Julien, prêtre, martyr en Galatie avec ses 40 compagnons (IV) ; saint Théodore d'Alexandrie, martyr (IV); saint Cornutus, évêque de Nicomédie, martyr (III) ; saint Sacerdos, évêque de Lyon (552) ; saint Bassien, moine de Tiksen (Vologda) (1624) ; saint Athanase de Serpoukhov (1395) ; translation des reliques de saint Syméon de Verkhotourié (1704) ; saint néo-martyrs de Russie : Théodore (Lebedev), Jean (Proudentov), Nicolas (Jitov), prêtres, Alexis (Vorochine) (1937).

Lectures : Dimanche avant l’Exaltation de la Croix ; Gal. VI, 11–18. Jn. III, 13–17. Dimanche : II Cor. I, 21 – II, 4. Мatth. XXII, 1–14. Fête de la Mère de Dieu: Phil.. II, 5–11. Lc. X, 38–42; XI, 27–28.
VIE DU SAINT HIÉROMARTYR AUTONOME[1]

S
aint Autonome était évêque en Italie, quand éclata la violente persécution déclenchée contre les chrétiens par l’empereur Dioclétien (vers 303). Pour échapper aux recherches, il s’enfuit d’Italie et se réfugia dans un village de Bithynie appelé Soréoi. Il y fut accueilli par un fidèle du nom de Corneille. Après y être resté un certain temps, il décida d’y bâtir une chapelle dédiée à l’Archange Michel et il ordonna Corneille diacre. Lui ayant laissé le soin de la chapelle et des fidèles qui s’y réunissaient, Autonome partit pour la Lycaonie et l’Isaurie, afin d’y répandre la parole de Dieu. Il revint ensuite en Bithynie et ordonna Corneille prêtre. C’est alors que l’empereur Dioclétien se rendit à Nicomédie, furieux contre les chrétiens, que les persécutions ne réussissaient pas à décourager, et en particulier contre Autonome, dont la renommée s’étendait partout. Une fois de plus, le bienheureux prit la fuite, et alla évangéliser les villes qui se trouvaient sur les rives de la Mer Noire.

Au bout de quelque temps, il revint vers Corneille pour le consacrer évêque. Infatigable, il se rendit dans l’ouest de l’Asie Mineure pour y déraciner l’idolâtrie et y affermir les germes de la foi. Puis il retourna à Soréoi et s’installa dans un village voisin, dont il convertit et baptisa en peu de temps les habitants. Ces néophytes, pleins de zèle pour la foi, voyant les païens continuer d’offrir leurs sacrifices aux idoles, se précipitèrent un jour vers le temple des idoles et en renversèrent toutes les statues. Décidés à se venger, les païens attendirent que le saint évêque vienne célébrer les saints Mystères dans la chapelle de Soréoi. Ils envahirent alors l’église et massacrèrent tous ceux qui se trouvaient à portée de leur main : d’aucuns à coups de pierres ou de bâtons, d’autres au moyen de toute arme trouvée sur place. Quant au bienheureux Autonome, ils le tuèrent tandis qu’il se tenait devant le saint Autel, de sorte que c’est sa vie même qu’il offrit en sacrifice, à l’imitation de notre Seigneur. Quelques fidèles, qui avaient été épargnés, purent ensevelir son corps, lequel demeura exempt de corruption. Il était vénéré dans une église bâtie à cet endroit.
Tropaire du dimanche du 5ème ton
Собезнача́льное Сло́во Oтцу́ и Ду́xoви, отъ Дѣ́вы ро́ждшeecя на спасéнie на́ше, воспои́мъ вѣ́рніи и поклони́мся, я́ко благоволи́ пло́тію взы́ти на крéстъ, и cмéрть претерпѣ́ти, и воскреси́ти умéршыя сла́внымъ воскресéніемъ Cвои́мъ.
Fidèles, chantons et adorons le Verbe coéternel au Père et à l’Esprit, né d’une Vierge pour notre salut : car il Lui a plu, en Sa chair, de monter sur la croix, de subir la mort et de relever les défunts par Sa glorieuse Résurrection !


Tropaire de la Nativité de la Mère de Dieu, ton 4
Рождество́ Твоé, Богоро́дице Дѣ́во, ра́дость возвѣсти́ всéй вселéннѣй: изъ Тебé бо возсiя́ Со́лнце Пра́вды, Христо́съ Бо́гъ нашъ, и, разруши́въ кля́тву, дадé благословéнiе, и, упразди́въ смéрть, дарова́ на́мъ живо́тъ вѣ́чный.
Ta nativité, Vierge Mère de Dieu, a annoncé la joie à tout l’univers, car de toi s’est levé le Soleil de Justice, le Christ notre Dieu, qui, en détruisant la malédiction, nous a donné la bénédiction ; en abolissant la mort, Il nous a donné la vie éternelle.


Kondakion du dimanche du 5ème ton
Ko а́ду Спа́сe мо́й, coшéлъ ecи́, и врата́ сокруши́вый я́ко всеси́ленъ, умéршиxъ я́ко Созда́тель coвоскреcи́лъ ecи́, и cме́рти жáло сокруши́лъ ecи́, и Aда́мъ отъ кля́твы изба́вленъ бы́сть, Человѣколю́бче. Тѣ́мже вси́ зове́мъ : спаси́ на́съ, Го́споди.
Ô mon Sauveur, Tu es descendu aux enfers, brisant ses portes comme Tout-Puissant; et avec Toi, Créateur, Tu ressuscitas les morts, brisant l’aiguillon de la mort et libérant Adam de la malédiction, ô Ami des hommes ! Aussi, tous nous Te clamons : Seigneur, sauve-nous!

Kondakion de la Nativité de la Mère de Dieu, ton 4
Iоакíмъ и Áнна поношéнiя безча́дства и Ада́мъ и Éѵа отъ тли́ смéртныя свободи́стася, Пречи́стая, во святѣ́мъ рождествѣ́ Твоéмъ. То́ пра́зднуютъ и лю́дiе Твои́, вины́ прегрѣшéнiй изба́вльшеся, внегда́ зва́ти Ти́ : непло́ды ражда́етъ Богоро́дицу и пита́тельницу жи́зни на́шея.
Joachim et Anne ont été délivrés de l’opprobre de la stérilité, et Adam et Ève  de la corruption de la mort, ô Immaculée, en ta sainte nativité ; c’est elle que fête également ton peuple libéré de la condamnation pour ses péchés, en te criant : « La stérile met au monde la Mère de Dieu, la nourricière de notre vie ».
Au lieu de « il est digne en vérité », ton 8
Велича́й, душé моя́,  пресла́вное рождество́ Бо́жiя Ма́тере.
Чу́жде ма́теремъ дѣ́вство, и стра́нно дѣ́вамъ дѣторождéнiе: на Тебѣ, Богоро́дице, обоя́ устро́ишася. Тѣ́мъ Тя́ вся́ племена́ земна́я непреста́нно велича́емъ.
Magnifie, ô mon âme, la très glorieuse nativité de la Mère de Dieu.
Étrangère est aux mères la virginité et inconnue des vierges est la maternité. En Toi, Mère de Dieu, l’une et l’autre furent réalisées. C’est pourquoi toutes les tribus de la terre ne cessent de Te magnifier.

HOMÉLIE DE ST JEAN CHRYSOSTOME SUR L’ÉPÎTRE DE CE JOUR
Beaucoup en effet répètent qu'ils se repentent de leurs péchés, mais ils n'accomplissent aucun acte de pénitence ; ils jeûnent, il est vrai ; ils sont modestes dans leurs vêtements,  mais ils ont plus soif de richesses que les usuriers; leur colère surpasse celle des bêtes féroces; la médisance leur cause plus de plaisir qu'à d'autres les éloges. Est-ce là une pénitence? Non, c'est l'ombre , c'est l’apparence du repentir, ce n'est point le repentir. C'est pourquoi il est bon de leur adresser les paroles de l'apôtre : Prenez garde de vous laisser circonvenir par Satan; car nous n'ignorons point ses pensées. Il sait perdre, ceux-ci par le péché, ceux-là par la pénitence, en les empêchant de retirer aucun fruit de leur repentir. Il ne peut y réussir par un chemin direct; il prend un chemin détourné; il redouble la fatigue et enlève les fruits; il persuade que tout est fait et qu'on peut négliger ce qui reste encore. Prenons donc garde que notre pénitence ne soit frappée de stérilité. Que de femmes font ainsi pénitence ! Adressons-leur cette courte exhortation, car elles eu ont un besoin tout spécial. Oui, c'est une bonne chose que de jeûner, que de coucher sur la terre, que de mettre des cendres sur sa tête ; mais à quoi sert tout cela, s'il ne s'y joint autre chose? Dieu n'a-t-Il pas fait voir à quelle condition Il pardonne les péchés? Pourquoi donc abandonner cette voie pour en suivre une autre? Autrefois les Ninivites péchèrent, et ils firent ce que vous faites maintenant; mais quel avantage en retirèrent-ils? Les médecins ont recours à mille remèdes différents; mais la prudence veut que l'on se demande non pas quel remède a été employé, mais quel effet ce remède a produit. Il faut en agir de même après que l'on a péché. Qu'y eut-il donc de vraiment avantageux pour ce peuple barbare.? Ils jeûnèrent, ils couchèrent sur la dure, se vêtirent de sacs, répandirent la cendre sur leurs têtes, ils poussèrent des gémissements: mais aussi, ils changèrent de conduite. Parmi nous ces remèdes, quel fut le remède efficace? Comment le savoir, direz-vous? Si nous allons trouver le Médecin et que nous L'interrogions, Il nous le dira volontiers. Ou plutôt Il nous épargne la peine de le Lui demander, et Il nous mentionne dans Ses, écrits, le remède qui sauva les Ninivites. Quel est donc ce remède ? « Dieu vit que chacun avait quitté ses voies perverses, et Il se repentit de les avoir menacés de si grands malheurs ». (Jon. III, 10.) L'Écriture ne dit pas : Il vit leur jeûne, leurs cilices, la cendre répandue sur leurs têtes. Ce que je dis, non pour déprécier le jeûne, à Dieu ne plaise; mais pour vous exhorter à vous abstenir de toute espèce de vices; ce qui vaut mieux encore que de se priver de nourriture. David, lui aussi, commit de grands péchés : voyons comment il en fit pénitence: Trois jours il resta assis sur la cendre. Ce n'était point pour expier son crime qu'il en agissait de la sorte; mais il manifestait par là cette douleur où la mort de son fils avait plongé sort âme. Quant à son crime, il l'expia d'une autre manière, c'est-à-dire, par l'humilité, par la contrition, par la componction du cœur, par la résolution de ne plus le commettre de nouveau, d'en garder perpétuellement le souvenir, de souffrir avec joie toutes les adversités, de pardonner à ses ennemis, de ne point se venger par lui-même ou par d'autres. Séméi l'accablait d'outrages, et un général s'indignait de l’entendre. Mais que disait le saint roi? « Laissez-le me maudire, c'est Dieu qui le lui commande». (II Rois, XVI, 10.) Il avait le cœur contrit et humilié; et voilà ce qui surtout purifiait son âme. C'était là en effet avouer sa faute et s'en repentir. Si tout en jeûnant, nous demeurons orgueilleux, non seulement le jeûne ne nous sert de rien, mais encore il nous est nuisible. C'est pourquoi, vous aussi, soyez humbles, pour que Dieu vous attire vers lui : « Car Dieu est auprès de ceux qui ont le cœur brisé ». (Ps. XXXIII, 19.) Ceux qui habitent de splendides palais, après s'être eux-mêmes déshonorés par le péché, se laissent outrager sans résistance par les derniers de leurs. serviteurs; ils souffrent sans se plaindre, parce qu'ils se sont eux-mêmes couverts d'infamie par leurs péchés. Agissez de même : on vous accable d'injures; ne vous irritez point, mais poussez des gémissements, non point à cause de l'outrage que l'on vous fait, mais à cause de ce péché qui vous a plongés dans l'infamie. Gémissez sur votre péché, non pas à cause des peines que vous avez encourues ; ces peines ne sont rien; mais parce que vous avez offensé Dieu; un Dieu si bon, si plein d'amour pour vous, si désireux de votre salut, qui n'a pas craint d'immoler Son Fils pour vous. Gémissez donc et ne cessez point de gémir; par là, vous confesserez votre péché: Ne passez pas de la joie à la tristesse, et de la tristesse à la joie; mais persévérez dans votre douleur et dans votre repentir: «Bienheureux ceux qui pleurent », dit l'Écriture. (Matth. V, 5.) C'est-à-dire, bienheureux ceux qui ne cessent de pleurer. Pleurez donc sans cesse, veillez sur vous-mêmes, brisez votre coeur, affligez-vous comme si vous aviez perdu votre propre fils. «Déchirez vos cœurs », dit l'Écriture, « et non point vos vêtements ». (Joel, II, 3.) Ce qui a été déchiré ne peut se redresser; ce qui est broyé ne peut se relever: Aussi l'Écriture dit-elle : « Déchirez », et encore : « Dieu ne méprisera pas un cœur contrit et humilié ». (Ps. L, 19.) Vous êtes philosophe; vous êtes riche, vous êtes puissant, n'importe; brisez votre coeur, et ne lui permettez point de s'enfler d'orgueil et de jactance. Ce qui est déchiré ne peut s'enfler. S'il y a lieu encore à quelque élévation, du moins le gonflement se trouve désormais impossible. Appliquez-vous donc à la modestie et à l'humilité. Rappelez-vous qu'une seule parole suffit pour justifier le publicain. Et encore n'était-ce point précisément un acte d'humilité, mais plutôt le sincère aveu de ses péchés. Or, si tel fut l'effet de cette confession, quel ne sera pas celui de l'humilité? Pardonnez volontiers à ceux qui vous auront offensés; vous obtiendrez ainsi la rémission de vos fautes.


[1] Tiré du Synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos Petras.