"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

vendredi 24 novembre 2017

St. Luc de Crimée: La persévérance dans la prière


Saint Luc le Chirurgien

Innombrables sont les miracles accomplis par l’intercession du Saint Archevêque et Confesseur de la Foi Luc de Crimée. Saint Luc a illuminé la Terre de Russie et il illumine aujourd’hui le monde entier. Puisse-t-il nous accompagner dans la joie sur notre chemin vers le Christ et nous donner la force de porter notre croix. Afin de nous y aider le Saint homme a prononcé ses homélies et écrit ses textes. Ce site propose la traduction d’homélies et de textes de Saint Luc, à notre connaissance inédits en langue française. L’homélie ci-dessous a été prononcée le 21 février 1948. Elle est intégrée dans le recueil intitulé «Hâtez-vous à la suite du Christ» (Спешите идти за Христом)
Nous avons entendu aujourd’hui pendant la lecture de l’Évangile, la parabole du Seigneur qui nous dit que «dans une ville, il y avait un juge qui ne craignait point Dieu et qui n’avait d’égard pour personne. Il y avait aussi dans cette ville une veuve qui venait lui dire : ‘Fais-moi justice de ma partie adverse’. Pendant longtemps il refusa. Mais ensuite il dit en lui-même : ‘Quoique je ne craigne point Dieu et que je n’aie d’égard pour personne, néanmoins, parce que cette veuve m’importune, je lui ferai justice, afin qu’elle ne vienne pas sans cesse me rompre la tête’». Le Seigneur ajouta: «Entendez ce que dit le juge inique. Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard? Je vous le dis, il leur fera promptement justice»(Lc.18, 2-8).
Il n’est pas rare que le Seigneur tarde, qu’Il soit lent à nous protéger. Souvent le Seigneur prend du temps avant d’exaucer nos souhaits, d’agréer nos demandes. Mais il s’agit seulement d’un délai, car le Seigneur a dit : «Je vous le dis, il leur fera promptement justice». N’y aurait-il pas une forme de contradiction entre tarder à répondre et faire promptement justice ? Qu’est-ce que cela peut signifier?
Cela signifie tout d’abord que le temps et le passage du temps ne sont pas du tout aux yeux de Dieu ce qu’ils sont aux yeux des hommes. Écoutez ce psaume de David : «Car mille ans sont, à tes yeux, Comme le jour d’hier, quand il n’est plus, Et comme une veille de la nuit» (Ps 89,4). Pour Dieu, mille ans sont comme un jour ; ce qui nous paraît fort long est très court aux yeux de Dieu.
Pourquoi le Seigneur tarde-t-Il souvent avant d’exaucer les souhaits de ceux et celles qui crient vers Lui jour et nuit? Car Il nous apprend ainsi à patienter, Il nous enseigne la patience. La patience est une grande vertu chrétienne. Tous les saints, les ermites, les ascètes durent lutter pendant des dizaines d’années ; ils prièrent Dieu pendant des dizaines d’années. Il y a quelques jours, je vous ai rappelé que Saint Antoine le Grand pria une année entière pour que le Seigneur lui dévoile le destin des âmes humaines lorsqu’elles se séparent du corps. Et il s’agissait là d’un souhait nettement moindre que ceux pour lesquels il priait Dieu incessamment : pour la sanctification de son âme, de son cœur, pour la rémission de ses péchés. Et s’il dut prier une année entière pour connaître le sort des âmes humaines lorsque le corps est mis dans la tombe, combien plus pria-t-il pour les souhaits plus importants.
Tous les saints prièrent sans relâche des dizaines d’années durant. Saint Seraphim de Sarov pria mille jours et mille nuits en se tenant sur une pierre. N’est-ce pas cela, la persistance dans la prière ? N’est-ce pas cela la patience, n’est-ce pas cela l’espérance infinie en Dieu ; l’espérance qui jamais ne se lasse, qui jamais ne refroidit ? Voilà comment il convient que nous adressions nos demandes à Dieu.
Il est évident que nous ne pouvons obtenir la sanctification de notre âme dès notre première demande car c’est à travers la patience que Dieu nous éduque. Il nous habitue à ce que nous n’imaginions pas recevoir très rapidement ce que nous Lui demandons. Les Saintes Écritures nous informent quant au sens et à l’importance de la patience. Le Saint Apôtre Jacques nous dit : «Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien» (Jc. 1, 2-4). Vous voyez que le Saint Apôtre attribue à la patience une fonction essentielle : la patience nous conduit vers la perfection. Sachez-le, et dès lors n’imaginez jamais qu’à la première prière, à la première demande vous recevrez de la part de Dieu ce que vous Lui demandez. Cela, vous devez le mériter, le mériter par la prière permanente, par la constante espérance en Dieu, la foi constante en ce que Dieu ne vous refusera pas ce pourquoi vous Le priez résolument et infatigablement. Vous devez y croire. Vous devez croire, vous devez savoir qu’il est nécessaire de prier Dieu sans relâche, comme la veuve implorait le juge de la défendre. C’est par la ferme constance de sa demande qu’elle obtint ce qu’elle demandait. Il en va de même pour nous ; nous recevrons ce que nous demandons à Dieu avec une grande patience et une espérance infatigable. Souvenez-vous de la sainte patience ; grande est cette vertu.
Ne soyez pas impulsifs, ne soyez pas pressés quand vous priez Dieu afin d’obtenir quelque chose. Cultivez la patience, éduquez votre âme dans la patience. Comme le dit l’Apôtre Paul, «Que le Seigneur dirige vos cœurs vers l’amour de Dieu et vers la patience du Christ!» (2Thes. 3,5). Et encore «N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération. Car vous avez besoin de persévérance, afin qu’après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis» (Heb.10,35-36). Ne désespérez pas, n’abandonnez pas votre espérance ; avec grande patience priez infatigablement et constamment Dieu d’alléger le joug qui pèse sur votre vie, et de purifier votre cœur des impuretés qui y sont nichées. Amen
Traduit du russe.

Source: 

jeudi 23 novembre 2017

SOLIDARITE KOSOVO




Le 15 novembre 2017 marque le 8ème anniversaire du décès du patriarche Pavle de Serbie.  Cette année encore, les Serbes continuent de commémorer avec ferveur la mémoire de celui qui fut le chef spirituel de l'Eglise orthodoxe serbe pendant près de vingt ans et le premier défenseur des Serbes du Kosovo.



600.000 fidèles ont accompagné le cortège funéraire vers la cathédrale Saint-Sava

Un hommage inédit : une célébration dans la ferveur et le recueillement

C’était il y a huit ans. Le 44ème patriarche de Serbie s’éteignait à l’âge de 95 ans à l’hôpital militaire de Belgrade. Avec lui disparaissait la figure la plus charismatique de l’église orthodoxe serbe. Près d'un demi-million de fidèles s'étaient recueillis sur sa dépouille mortelle, exposée durant trois jours en la cathédrale de Belgrade en face du siège de la patriarchie. Nuit et jour, une foule d'anonymes n’a cessé de se presser devant les portes de l'Église de l'Union pour aller s'incliner devant le corps du patriarche bravant parfois jusqu'à huit heures de file d'attente.


Après des heures d'attente, 
c'est au tour de Lena et de sa grand-mère de rendre un dernier hommage à sa Sainteté

Le jour des funérailles, un fleuve immense de 600.000 fidèles s'est écoulé dans les rues de la capitale pour accompagner le cortège funéraire vers la cathédrale Saint-Sava. Un afflux exceptionnel pour un pays qui compte 7,5 millions d’âmes. Les entreprises avaient été invitées par les autorités serbes à accorder une journée de congés payés à leur personnel pour qu'ils puissent assister à la cérémonie. Les écoles se sont vues recommander aussi de fermer leurs portes. Un deuil national de trois jours avait été décrété.




Seul la foi peut déplacer autant de Serbes

Vénéré comme un saint de son vivant

La disparition du patriarche Pavle fut une épreuve douloureuse pour le peuple serbe pour qui l’Église représente l’institution en laquelle il a le plus confiance. Le président serbe d’antan, Boris Tadic, avait même qualifié son décès de perte immense pour la Serbie. "Certaines personnes ont la faculté d’unir toute une nation, et Pavle était de celles-là" avait-il déclaré. 




Le patriarche Pavle était une figure d'ascète unanimement respecté

Particulièrement apprécié pour son ascétisme, sa Sainteté n'utilisait jamais les services du voiturier de l'Église pour se déplacer lui préférant les transports en commun ou la marche à pied. Ce qui lui valut d’ailleurs le surnom du "Saint qui marche". De la même manière, il refusait la nuitée à l’hôtel lorsqu’il voyageait à l'étranger et se contentait de la sobriété du gîte et du couvert offerts par les fidèles. Le patriarche Pavle vivait humblement, sans affectation aucune.




Il tenta de sensibiliser la communauté internationale 
aux destructions d'églises au Kosovo

Premier défenseur des Serbes du Kosovo

Le patriarche Pavle, de son nom de baptême Gojko Stojcevic,  est né le 11 septembre 1914 à Kucanci, petit village de Slavonie, alors austro-hongrois et aujourd'hui croate. Après des études au lycée de Belgrade, dans le tout jeune royaume de Yougoslavie, ce jeune Serbe rejoint le séminaire à Sarajevo, puis la faculté de théologie orthodoxe de Belgrade en 1940. Entré en 1944 au monastère de Raca (ouest de la Serbie), il y prononce ses vœux en 1948, prenant le nom de Paul, en référence à l'Apôtre dont il cite souvent les textes.

En 1950, il part enseigner au séminaire de Prizren, avant d'être ordonné prêtre en 1954 et d'aller compléter sa formation théologique à Athènes. En 1957, il est ordonné évêque de Raska et Prizren, diocèse qui couvre l'actuel Kosovo où il passera plus de trente ans. C’est sur la situation de cette province que le patriarche Pavle aura eu à souffrir.




Par "charité chrétienne",  il refusera de porter plainte 
contre les jeunes albanais qui l'avaient tabassé et laissé pour mort au bord de la route

Rappelant l'importance spirituelle de cette région pour son Église, il tenta de sensibiliser la communauté internationale en dénonçant dès les années 70, les exactions des extrémistes albanais dont sont déjà régulièrement victimes églises et monastères orthodoxes de cette région. Il ne cessera jamais non plus d'appeler les Serbes à demeurer au Kosovo. Au plus fort des événements, il ira même s'installer un temps à Pec, siège historique du Patriarcat. En réaction à ses déclarations, il est attaqué au Kosovo en sortant du bus par une bande de jeunes Albanais. Le frêle évêque est roué de coups et laissé inerte au sol. Il sortira de l'hôpital trois mois après l’agression. Par "charité chrétienne" il refusera de porter plainte.

"Il est indigne de chercher à défendre son droit contre les malfaiteurs, hommes ou peuples, par les mêmes moyens qu'eux. Il n'est pas d'intérêt national, familial, personnel qui puisse nous donner le droit de répondre au crime par le crime. Nous avons appris de nos ancêtres qu'il vaut mieux perdre la vie que pécher contre son âme. Et lorsque ce dilemme s'est posé, notre peuple a toujours sauvé son âme. Voilà quel peuple nous fûmes et tel qu'il nous faut être à nouveau. Cela ne sera pas à notre honneur, ni en tant que chrétiens, ni en tant que descendants de nos aïeux, de faire le mal et d'en attendre le bien car le mal n'engendre pas le bien, ni au Kosovo, ni ailleurs."

Huit ans après sa mort, le patriarche Pavle demeure dans les cœurs des Serbes et ses paroles fortes sont plus que jamais actuelles.




Huit ans après sa mort, le patriarche Pavle demeure dans les cœurs des Serbes
L'équipe de "Solidarité Kosovo"
PS : les personnes souhaitant nous aider peuvent contribuer au développement de nos activités en nous faisant un don. Par chèque à l’ordre de « Solidarité Kosovo », BP 1777, 38220 Vizille ou par Internet en cliquant sur paypal :


PS2 :« Solidarité Kosovo » étant reconnu d’intérêt général, chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66% du montant du don. A titre d'exemple, un don de 100 € vous permet de déduire 66 € sur la somme de vos impôts à payer. Ainsi votre don ne vous coûte en réalité que 34 €.
http://www.solidarite-kosovo.org/        Solidarité Kosovo BP 1777, 38220 VIZILLE, FRANCE
Conformément à la loi« "Informatique et liberté »" du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent.Pour vous désinscrire, ENVOYEZ SIMPLEMENT UN MESSAGE SANS RIEN ÉCRIRE D'AUTRE à cette adresse  info-unsubscribe@solidarite-kosovo.org

Et nous allons vers l'union, vraiment!???

*

Il étaient une quinzaine à manifester devant l’église de Kuttekoven, située dans la province du Limbourg, le 19 novembre 2017. En cause, l’œuvre de Tom Herck, Holy Cow : une vache crucifiée, installée dans ce lieu de culte [une église où des messes sont toujours célébrées], en lieu et place de l’autel. 

L’œuvre de Tom Herck a en effet été installée dans une église où des messes sont toujours célébrées. LaLibre.be rapporte que le groupe de fervents catholiques était muni de rosaires, d’une croix et d’un panneau mettant en cause Patrick Hoogmartens, l’évêque en charge de cette petite église. «Arrêtez le blasphème et l’art dégénéré», pouvait-on y lire. «Nous sommes déçus par Patrick Hoogmartens […] Il n’a rien fait contre cette soi-disant œuvre d’art parce qu’il veut éviter le conflit», déplore le directeur du Katholiek Forum. Et d’ajouter : «Il est terrifié par les médias.» 



Une vache sur un crucifix dans une église avec la bénédiction de l'évêque catholique romain du lieu! Nous avions déjà eu le Christ sur une chaise électrique de Mgr Di Falco, Christ qui lui parlait plus que le Christ crucifié paraît-il (sic)... et autres French Cancan pseudo spirituel (voir article) c'est complet... Pauvres catholiques, même pas défendus par leurs "évêques."

Pour ceux qui auraient besoin d'un puissant vomitif, ou qui auraient des tendances masoschistes, voir la video: https://www.youtube.com/watch?v=_mIpckrIag4

*

France/ Géorgie

Infos Brèves France Géorgie n° 170 (novembre 2017) REVUE de PRESSE (générale)
18.11. Paris. Le Monde : « La Chine fait son entrée dans le Caucase du Sud » par Gaïdz Minassian http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/11/18/la-chine-fait-son-entree-dans-le-caucase-du-sud_5216778_3232.html
04.11. Paris. Libération : « Au Pays basque, des jarres en terre cuite pour élever le vin à la géorgienne » http://www.liberation.fr/societe/2017/11/04/au-pays-basque-des-jarres-en-terre-cuite-pour-elever-le-vin-a-la-
georgienne_1607840
02.11. Paris. Le Monde : « Une longue liste de cibles présumées des pirates russes identifiée » http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/11/02/une-longue-liste-de-cibles-presumees-des-pirates-russes-identifiee_5209367_4408996.html
31.10. Paris. Le Monde : « Ferroviaire. Bakou-Tbilissi-Kars, nouvelles étapes de la route de la soie » par Marie Jégo http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/10/31/ferroviaire-bakou-tbilissi-kars-nouvelles-etapes-de-la-route-de-la-
soie_5208303_3234.html
22.10. Paris. Le Figaro : « Kakha Kaladze élu maire de Tbilissi » http://sport24.lefigaro.fr/football/fil-info/kakha- kaladze-elu-maire-de-tbilissi-881461
REVUE de PRESSE (faits divers)
20.11. Rennes. Franceinfo : « Nouvelle mobilisation lycéenne contre l'expulsion d'une famille géorgienne » http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/rennes/rennes-nouvelle-mobilisation-lyceenne-contre-
expulsion-famille-georgienne-1369095.html
18.11. Rennes. Ouest France : « Famille géorgienne : les lycéens restent mobilisés » https://www.ouest- france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-famille-georgienne-les-lyceens-restent-mobilises-5385060
18.11. Luxembourg. Le Quotidien : « Retour forcé d’un mineur géorgien. Asselborn s’explique » https://www.lequotidien.lu/politique-et-societe/retour-force-dun-mineur-georgien-asselborn-sexplique/
18.11. Paris. Le Journal du Dimanche : « Ile-de-France, coup de filet dans la mafia géorgienne » http://www.lejdd.fr/societe/faits-divers/ile-de-france-coup-de-filet-dans-la-mafia-georgienne-3497447
18.11. Paris. Le Point : « Paris, un important gang de voleurs géorgiens démantelé » http://www.lepoint.fr/societe/paris-un-important-gang-de-voleurs-georgiens-demantele-18-11-2017-2173315_23.php
16.11. Paris. Le Figaro : « Paris, un réseau de l'ex-URSS démantelé » http://www.lefigaro.fr/flash- actu/2017/11/16/97001-20171116FILWWW00296-paris-un-reseau-de-l-ex-urss-demantele.php
16.11. Paris. Le Parisien : « La mafia géorgienne avait cambriolé des millions d’euros de marchandise » http://www.leparisien.fr/faits-divers/la-mafia-georgienne-avait-cambriole-des-millions-d-euros-de-marchandise-16-11-
2017-7396311.php
16.11. Paris. 20 minutes: « Ile-de-France: Coup de filet dans la mafia géorgienne, les « Vory V Zakone », soupçonnée de centaines de cambriolages » http://www.20minutes.fr/faits_divers/2170687-20171116-ile-
france-coup-filet-mafia-georgienne-soupconnee-centaines-cambriolages
11.11. Caen. La Manche libre : « Calvados, il vole pour nourrir sa famille » https://www.lamanchelibre.fr/actualite-417689-calvados-il-vole-pour-nourrir-sa-famille
10.11. Brive-la-Gaillarde. Le Populaire du Centre : « Deux ans de prison ferme pour un cambrioleur qui avait sévi en Corrèze en 2013 » http://www.lepopulaire.fr/brive-la-gaillarde/justice/2017/11/10/deux-ans-
de-prison-ferme-pour-un-cambrioleur-qui-avait-sevi-en-correze-en-2013_12624868.html
09.11. Bruxelles. Sud Info : « Se pensant trompé, il poignarde à mort sa femme : J’ai sorti mon couteau pour l'informer de ce qu'on fait aux femmes infidèles en Géorgie »
http://www.sudinfo.be/1983485/article/2017-11-08/se-pensant-trompe-il-poignarde-a-mort-sa-femme-j-ai-sorti-mon-couteau-pour-l-inf
20.10. Nice-Matin : « Le braqueur d'une vendeuse d'antiquités qui avait perdu 14 dents lors de son
agression condamné à 7 ans de prison » http://www.nicematin.com/justice/le-braqueur-dune-vendeuse-dantiquites-qui-avait- perdu-14-dents-lors-de-son-agression-condamne-a-7-ans-de-prison-176966
1
Sur les WEBSITES
18.11. Toronto. L’actualité : « Des Canadiens trouvent les plus vieilles traces de vinification de l’histoire » (Des Canadiens et des Géorgiens, NDLR) https://lactualite.com/actualites/2017/11/18/des-canadiens-
trouvent-les-plus-vieilles-traces-de-vinification-de-lhistoire/
15.11. Bruxelles. Welcome Europe : « Le Parlement européen veut récompenser les réformes de ses partenaires orientaux » https://fr.welcomeurope.com/news-europe/parlement-europeen-veut-recompenser-reformes-partenaires-
orientaux-16772+16672.html#replierTexte
15.11. Paris. FranceTVinfo : « Heureux comme un vigneron biodynamique en Géorgie » http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/video-heureux-comme-un-vigneron-biodynamique-en- georgie_2467246.html
15.11. Bakou. Azertag : « Quels sont les cinq pays qui créent un nouveau corridor de transport ? » (Asie / Europe, NDLR) https://azertag.az/fr/xeber/france-1112129
14.11. Paris. Mashable : « On dit merci aux hommes du Néolithique de Géorgie, qui ont inventé le vin il y a 8 000 ans » http://mashable.france24.com/styles/20171114-neolithique-georgie-vin-8-000-archeologie
13.11. Paris. Boursorama : « Le vin est apparu il y a plus de 8.000 ans dans le Caucase » http://www.boursorama.com/actualites/le-vin-est-apparu-il-y-a-plus-de-8-000-ans-dans-le-caucase-6010f7f810f236e0707f80a6037ad778
12.11. Bordeaux. Cnews Matin : « La pauvreté progresse encore en Gironde » http://www.bordeaux7.com/bordeaux-actualites/2017/11/12/pauvrete-progresse-gironde/
31.10. Paris. FranceTVinfo : « Croix de Ploërmel : qui est le sculpteur russe Zourab Tsereteli, à l'origine de la statue polémique de Jean-Paul II ? » http://www.francetvinfo.fr/culture/croix-de-ploermel-qui-est-le-
sculpteur-russe-zourab-tsereteli-a-l-origine-de-la-statue-polemique-de-jean-paul-ii_2445496.html
30.10. Bruxelles. Euractiv : « Les pays de Visegrád cessent d’inspirer ceux du Partenariat oriental » http://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/news/v4-no-longer-a-role-model-for-eastern-partnership-countries/
25.10. Paris. Le Caucase : « Union européenne. La Géorgie sur le pas de la porte » http://www.le- caucase.com/2017/10/15/union-europeenne-la-georgie-sur-le-pas-de-la-porte/
INFOS BREVES
22 au 25.11. Batoumi. Défense : escale frégate française Guépratte https://ge.ambafrance.org/Escale-de-la- fregate-Guepratte-a-Batoumi
21.11. Bruxelles & Tbilissi. Union européenne & Géorgie : agenda 2017- 2020 révisé http://civil.ge/files/files/annex_ii_-_eu-georgia_association_agenda_text.pdf
20.11. Kiev. Affaires étrangères : extradition 8 Géorgiens vers Géorgie http://georgiatoday.ge/news/8246/Kyiv- Deports-8-Georgians-Saying-They-Posed-Danger-to-Ukraine
17.11. Kiev. Conseil Europe : déclaration commissaire droits de l’homme (différend ministre Justice et ombudsman Géorgie) https://frontnews.eu/news/en/17708
15.11. Géorgie. Agriculture : récolte exceptionnelle agrumes (50 à 55 000 tonnes exportées 2017, NDLR) http://agenda.ge/news/90753/eng
14.11. Géorgie. Affaires sociales : aide technique française pour réforme retraites (Expertise France) https://www.expertisefrance.fr/offer-detail?id=642227
13.11. Caucase du Sud. Union européenne : nouveau représentant spécial http://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2017/11/13/south-caucasus-and-the-crisis-in-georgia-eu-appoints-new-special- representative/
10.11. Bruxelles. Commission européenne : « La Géorgie tient ses engagements en matière de réforme » http://europa.eu/rapid/press-release_IP-17-4462_fr.htm
2
02.11. Tbilissi. Affaires sociales : aide financière française pour projet réforme retraites (Agence française développement) https://ge.ambafrance.org/L-Agence-Francaise-de-Developpement-signe-son-premier-projet-en-Georgie
01.11. Géorgie. Exportations (10 premiers mois 2017) : + 59% pour vins géorgiens (61 millions bouteilles, dont 100 000 France) http://agenda.ge/news/90249/eng
24.10. Géorgie. Agriculture : « La génétique française dans la filière bovine géorgienne » https://ge.ambafrance.org/Les-technologies-genetiques-francaises-pourraient-s-appliquer-a-la-filiere
21.10. Géorgie. Élections municipales (résultats) http://www.civil.ge/eng/article.php?id=30572
15.10. Bruxelles. Union européenne : « L’UE nomme un nouveau représentant spécial pour le
Caucase du Sud » https://fr.azvision.az/news/47257/lue-nomme-un-nouveau-repr%C3%A9sentant-sp%C3%A9cial-pour-le-caucase- du-sud.html
01.08. Géorgie. Union européenne (7 premiers mois 2017) : 161 885 citoyens géorgiens entrés légalement sans visa zone Schengen / 9 875 non revenus délai légal 90 jours http://agenda.ge/news/90242/eng
SPORTS
25.11. Tbilissi. Rugby : Géorgie États-Unis https://www.ultimaterugby.com/match/georgia-vs-usa-at-mikheil-meskhi- 25th-nov-2017/64555
18.11. Cardiff. Rugby : « Le pays de Galles a tremblé devant la Géorgie » (13-6, NDLR) https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Le-pays-de-galles-a-tremble-devant-la-georgie/851815
14.11. Bijeljina. Football : « L'équipe de France U19 accrochée par la Géorgie » (1-1, NDLR) https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/L-equipe-de-france-u19-accrochee-par-la-georgie/850673
12.11. Tbilissi. Rugby : « L’incroyable essai de Iosebi Mataishvili face au Canada » (54-22, NDLR) http://www.lerugbynistere.fr/videos/resume-video-georgie-lincroyable-essai-de-iosebi-matiashvili-face-au-canada-1211171435.php
06.11. Montpellier. Handball : « Un Géorgien intègre la MHB Académy » (Giorgi Tskhovrebadze, NDLR) http://www.lagazettedemontpellier.fr/14268/hand-un-georgien-integre-la-mhb-academy.html
05.11. Douchétie. Haltérophilie : record monde 474 kg (Lasha Talakhadze, NDLR) http://agenda.ge/news/90179/eng
23.10. Tbilissi. Rugby : 18 Géorgiens jouant clubs français sélectionnés équipe nationale http://site.rugby.ge/en/news- view/?newsid=6322&callerModID=17363&Title=The_Lelos_squad_announced_for_3_days%E2%80%99_camp_in_France
ART ET CULTURE
*AIDE HUMANITAIRE
- 28.11, 20h00 à 23h00 & 01.12, 16h00 à 19h00. Besançon : projection film Association Imedi handicap (18 rue de la Cassotte & 10 rue de la Cassotte, 25000), handicapés Géorgie
https://www.facebook.com/Association.Imedi.Handicap/
*ART LYRIQUE. Mezzo-soprano Anita Rachvelishvili
- 20.06 au 14.07.2018, Paris Bastille
https://www.operadeparis.fr/artistes/anita-rachvelishvili
*CINÉMA
- 20 au 26.11. Festival Cannes : sélection film « Dede », Mariam Khachvani
https://www.georgianjournal.ge/arts-a-culture/33947-georgian-doctors-film-selected-for-the-cannes-film-festival-meeting.html
- 17.11. Paris. Télérama : « Khibula, ou le cauchemar du rêve géorgien »
http://www.telerama.fr/cinema/khibula,-ou-le-cauchemar-du-reve-georgien,n5353469.php
- 15.11. Paris. Le Figaro : « Khibula, une magnifique épopée politique et humaine »
http://www.lefigaro.fr/cinema/2017/11/15/03002-20171115ARTFIG00057--khibula-une-magnifique-epopee-politique-et-humaine.php
- 02.11. Paris. Télérama : « “Vita Brevis”, “Iranien”, “Hôtel Machine”... les bonnes étoiles de Nino
Kirtadzé » http://www.telerama.fr/television/vita-brevis,-iranien,-hotel-machine...-les-bonnes-etoiles-de-nino- kirtadze,n5315913.php#zfvzRAUxbrX1YHmw.01
3
*CONFÉRENCES
- Conférences illustrées, Nicolas Pernot (voyageur en Géorgie). Saint-Louis (Alsace). 14.12, 20h00. Salle du Caveau, 19 Avenue Général de Gaulle. Epinal (Lorraine). 28.01, 15h00. Amphithéâtre de la Faculté de Droit. Versailles (Ile-de-France). 02.02, 17h00. 29, rue de l'École des Postes. Evreux (Normandie). 09.02, 20h00. Maison de l'enfant et des découvertes, 4 avenue Aristide Briand. Bartenheim (Alsace). 23.02, soirée. Bibliothèque municipale http://www.nicolaspernot.com/conferences-illustrees/ - 05.02, 17h00 à 19h00. Séminaire « 1918-2018 : sorties d’empire. Sur les traces de l’empire russe », EHESS et INED, par Alain Blum et Masha Cerovic. Dont conférence : « Géorgie : la nation comme production impériale ? » par Silvia Serrano, Paris IV-Sorbonne (EHESS, 105 boulevard Raspail, 75005 Paris, salle 2)
- 24.11, 9h00 à 11H00. EHESS, Amphithéâtre François Furet, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris.
10h00. » Les nouveaux États à travers les archives de la conférence de la Paix de Paris » par Pascal
Even (Archives diplomatiques) / 10h20. « Les Caucasiens à la conférence de la Paix : Azerbaïdjan,
Géorgie, Caucase du Nord » par Georges Mamoulia (CERCEC) / 10h40. « Instructions comparées aux
diplomates français et britanniques dans les républiques indépendantes du Caucase » par Claire
Mouradian (CNRS/CERCEC) / https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/archives-diplomatiques/actualites-et-evenements-des-archives- diplomatiques/article/la-france-et-les-revolutions-de-1917-en-russie-nouvelles-sources-nouveaux
*DIASPORA
- 25.05. Voyage en Géorgie : « Retrouve ta Géorgie, 1918 2018, 100e anniversaire du rétablissement de l’indépendance » (Association géorgienne en France) https://www.facebook.com/events/340306729745428/
- 28.10. Judo : « Louka Mkheidze médaille d’argent à l’European Cup of Malaga »
https://www.facebook.com/JudoPerreyguerrier/photos/a.155522647985268.1073741835.101217770082423/709262079277986/?type=3&the ater
- 06.09. Danse rythmique : « Anna Khusishvili, championne de France, à la Strass-Cup 2017 »
https://www.youtube.com/watch?v=ID5duVG0Mpw
*ÉCOLE FRANCAISE DU CAUCASE https://www.efc.edu.ge/
- 14.11 Cross solidaire https://ge.ambafrance.org/6eme-edition-du-CROSS-SOLIDAIRE-de-l-EFC *ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
- 17.01. Bruxelles. Bourse d’études : Collège d’Europe https://www.coleurope.eu/fr/conditions-dadmission/bourses- detudes/bourses-detudes-offertes-des-diplomes
- 04.2016. Paris Sorbonne. Projet recherche Caucasus Initiative (dont Nana Gagua, NDLR) http://www.sorbonne-universites.fr/breves-de-droite-pages-internes/le-projet-de-recherche-caucasus-initiative.html
*EXPOSITIONS
- 25.11 au 04.02. Reims : « Hugues Krafft dans le Caucase (1896-1899) », découverte Bakou et photographies Géorgie. Commissaire Ana Cheishvili (Musée Le Vergeur, 36 Place du Forum. Tous les jours, 14h à18h sauf lundi, entrée libre)
*INSTITUT FRANCAIS DE GÉORGIE https://institutfrancais.ge/fr/about-us/events/
- Dégustation de vins du Sud-Ouest France : 7.12 https://www.facebook.com/events/1444128565699267/ - Appel à candidature chercheur post-doctorants : 15.12
*LITTERATURE
- Novembre 2017 : « Mon dernier hiver soviétique » de Tamara Guliani, Éditions L’Harmattan, Paris, ISBN 978-2-343-13347-8 http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=58085
- 24.10. Vidéo : « Rencontre avec la littérature géorgienne » (2’12’’), Tamara Svanidzé, Lela Kodalashvili, Lasha Boughadzé https://www.youtube.com/watch?v=9l0YZXdSpkI
*MUSIQUE CLASSIQUE
- violoniste Lisa Batiashvili : 22.05 (Philarmonie de Paris) / 15.06, 20h00 (Halle aux grains Toulouse)
http://www.infoconcert.com/artiste/lisa-batiashvili-73968/concerts.html
- pianiste Khatia Buniatishvili (Philarmonie de Paris): 06.02 https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/recital- piano/17942-khatia-buniatishvili / 07.03 https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/recital-piano/15246-khatia-buniatishvili
- pianiste Georges Beriachvili : 23, 26, 29. 12 / 03, 06, 21 & 28.01 / 08, 11, 15 & 17.02 (Théâtre de l’Ile Saint Louis, 39 quai d’Anjou, 75004 Paris) https://www.georgesberiachvili.com/concerts-c66t
4

- pianistes Gvantsa & Khatia Buniatishvili : 30.11, 20h00 (Opéra Montpellier) http://www.opera-orchestre- montpellier.fr/evenement/khatia-et-gvantsa-buniatishvili
- pianiste Théa Diquéro-Mariamidzé : 30.11, 20h00 (20 rue Rambuteau 75 003. Réservation 06 85 15 03 60) https://www.facebook.com/photo.php?fbid=811860865652262&set=gm.148373129241676&type=3&theater
*POLYPHONIE GÉORGIENNE. Concerts
- Ensemble Samshabati : 03.12 Clermont-Ferrand (63) / 19.05 Saint-Romain le Puy
https://www.samshabati.com/concerts/
- Ensemble Mze Shina : 29.11 Rennes (album Odoïa) /30.01 Rennes / 31.01 Rennes (album Odoïa) / 08.02 Paris http://www.mzeshina.fr/chants_agenda.html
- Ensemble franco-géorgien Marani : 21.11, 20h00, Paris, UNESCO / 26.11, 16h00, Paris, Église Saint Louis en l’Île / 8.12, 17h00, Boussy Saint Antoine (91800), Centre culturel de la Ferme / 11.12,
13h00, Paris, Église Saint Roch.
https://www.facebook.com/ensemblemarani?lst=100007332244679%3A100001854226022%3A1508924955
- Trio Satchoukari : 02.12, 19h30. Mûrs-Erigné (49610) http://bistrotbcm.wixsite.com/bistrot/amac
- Ensemble Rustavi : 23.11, 19h00 à 21h00. Unesco, 7 Place de Fontenoy, 75007
https://www.facebook.com/events/1756323244669943/
*POLYPHONIE GÉORGIENNE. Stages
- Frank Kane : 27 au 29.04. 2018, Bossey-sur-Céligny http://www.chanterlabeautedumonde.org/stages-chant- polyphonique/georgien/
- Association Mze Shina : 21.02 Paris (formateurs) / 31.03, 01.04 & 02.04 Rennes http://www.mzeshina.fr/chants_agenda.html
- Association Artillac (Jean-Laurent Imianitoff) : Castagnac (31) / 28.01 / 27.03
http://artillacvoix.free.fr/spip.php?article10
*RELIGION
- 16.11. Paris. Les Yeux de Monde : « Le rapprochement orthodoxe sur la question abkhaze » par Thomas Ciboulet http://les-yeux-du-monde.fr/actualite/europe/31712-le-rapprochement-orthodoxe-sur-la-question-abkhaze
- 02.11. Géorgie. Métropole grecque orthodoxe de France : « Scouts Hellènes de Paris voyage en Géorgie » http://mgro.fr/2017/11/02/1910/
*STAGE
- Tbilissi : Office français de l’immigration et de l’intégration
https://www.facebook.com/france.georgia/photos/a.180754255319809.45283.180736735321561/1593954380666449/?type=3&theater
*TÉLÉVISION
- 22.11, 16h00 Arte : « Des vignes et des hommes. Géorgie, voyage aux origines de la vigne »
https://www.arte.tv/fr/videos/060182-004-A/des-vignes-et-des-hommes/
- 18.11 Imedi « No time to sleep » (Olga Bablouani) : Pascal Meunier et Jean-Yves Lavoir, 25ème anniversaire restauration relations franco-géorgiennes https://www.imedi.ge/ge/video/17544/ra-dros-dzilia--18-
noemberi-2017-tseli
* THÉÂTRE
- 9.11. La Baule. Ouest-France : « La Cie Presto Andante revisite Molière » (Alexis Djakéli, NDLR)
https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/la-baule-44500/la-cie-presto-andante-revisite-moliere-5351551
*UNESCO ; Conférence générale
- 30.10 au 14.11 : Géorgie http://france.mfa.gov.ge/index.php?lang_id=FRA&sec_id=423&info_id=44217 *VOYAGE
- Réglementation sur l’importation de médicaments en Géorgie https://www.mesvaccins.net/web/news/11529- reglementation-sur-l-importation-de-medicaments-en-georgie
- 08.11. Transports aériens : « Zaventem relié à la Géorgie au printemps 2018 » http://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/zaventem-relie-a-la-georgie-au-printemps-2018-5a03516fcd707514e8a4e3fc
- 01.11. Transports aériens : vols directs Paris Tbilissi à compter du 27 mars 2018 https://www.georgian- airways.com/en/information/destinations/flights-from-tbilisi-to-paris-40
INFO THEMATIQUE
VII siècles de relations entre la France et la Géorgie
https://fr.wikipedia.org/wiki/Relations_entre_la_France_et_la_Géorgie

mercredi 22 novembre 2017

Prêtre George Maximov L'HOMME D'ANTIGUA* QUI FONDA "L'ÉGLISE ORTHODOXE AFRICAINE"


George Alexander MacGuire


Antigua et Barbuda est une nation insulaire dans la mer des Caraïbes. Parmi ses fils, George MacGuire, le fondateur de «l'Église orthodoxe africaine» occupe une place importante. Au moment de sa mort, l'Église comptait environ 30.000 fidèles, 50 membres du clergé et des dizaines de paroisses aux États-Unis, en Ouganda, au Kenya, au Canada, au Venezuela, à Cuba et à Antigua. Qui était cet homme, et pourquoi a-t-il dirigé sa recherche spirituelle vers l'Orthodoxie?

George MacGuire naquit le 28 mars 1866 sur l'île d'Antigua dans le village de Svits. Il y passa son enfance et sa jeunesse. Il termina l'école et le collège locaux, puis le séminaire de l'église morave. Il fut pasteur de cette église pendant six ans, de 1888 à 1894.

En 1894, George déménagea aux États-Unis, où il se convertit à l'anglicanisme, puis deux ans plus tard, il devint prêtre anglican. Il fut le recteur de l'église de Saint Philippe à Richmond (1898-1900), à l'église de Saint Thomas à Philadelphie (1901-1905), et missionnaire auprès des Afro-Américains en Arkansas (1905-1909). Est témoin de son talent de prédicateur, le fait qu'après seulement quatre ans à ce poste, il augmenta le nombre de missions de un à neuf.

En 1910, il reçut une éducation médicale au Boston College. À cette époque, il fonda à Cambridge une communauté pour les immigrants noirs des Caraïbes. Cependant, l'église épiscopalienne ne reconnaissait pas cette communauté et MacGuire était de plus en plus convaincu que dans une église où son propre évêque soutenait le principe de la ségrégation, il y avait peu de perspectives pour les Noirs.

Après avoir reçu des nouvelles de la maladie de sa mère, George quitta tout et retourna à Antigua en 1913. Là, il prit soin de sa mère pendant cinq ans, servit dans l'église anglicane et donna des soins médicaux aux nécessiteux.
Après la mort de sa mère, MacGuire retourna aux États-Unis et y prit une part active dans le mouvement favorisant la citoyenneté et l'égalité des droits sociaux de la population noire. Étant un chrétien croyant, il voulut fournir cette égalité dans la vie de l'église. Il avait l’habitude de dire à ses disciples: «Nous sommes obligés de retourner dans notre église natale». Et à la recherche de cette Église, George découvrit la tradition chrétienne orthodoxe. Cela l'inspira tellement qu'en 1921, à la surprise de beaucoup, il annonça la création de «l'Église orthodoxe africaine» dont il devint le chef.

Pourquoi George MacGuire a-t-il jugé nécessaire de tourner le regard des chrétiens noirs américains vers l'Église orthodoxe? Il nomma deux raisons. D'abord, parce que c'est l'Église originale et authentique du Christ, qui a une succession apostolique ininterrompue. Deuxièmement, parce que l'Orthodoxie «n'a jamais été associée au racisme et au colonialisme.»

Vraiment, les chrétiens noirs ont fait partie de cette Église depuis l'Antiquité et sont même devenus des saints orthodoxes célèbres. Par exemple, saint Moïse le Noir (ou l’Ethiopien), moine du quatrième siècle qui vécut dans le désert égyptien, et bénit Elezvoi, roi d'Éthiopie.

On considère que MacGuire fut aidé dans son introduction à l'Orthodoxie par le Jamaïcain Robert Morgan, qui était avec lui prêtre de l'église épiscopalienne aux États-Unis et son successeur en tant que recteur de l'église de Saint Philippe à Richmond. Même au début du XXe siècle, Morgan avait commencé à étudier l'histoire de l'Église et, par conséquent, il était convaincu que l'Église orthodoxe était le «pilier et le fondement de la vérité». En 1904, il se rendit dans l'Empire russe afin de se familiariser avec l'Orthodoxie non seulement d’après les livres, mais dans la vie. Là, il visita les monastères et les églises de Moscou, Saint-Pétersbourg, Kiev et Odessa, et fut même invité d'honneur de l'empereur russe Nicolas II. Bientôt Robert Morgan reçut l'orthodoxie sous le nom de Raphaël et, en 1907, il fut ordonné par le métropolitain... comme prêtre de l'Église orthodoxe de Constantinople.

Un tel contraste frappant, le fait qu’un jeune chrétien noir est reçu avec un grand amour au plus haut niveau dans un pays orthodoxe alors que dans son propre pays, il n'a même pas le droit de boire de l'eau de la même fontaine qu'un blanc, convainquit MacGuire mieux que toute déclaration selon laquelle l'Église orthodoxe est exemptede  racisme, et pas seulement historiquement mais aussi dans les temps modernes.

Mais contrairement à Raphael Morgan, George MacGuire prit un chemin différent; il ne rejoignit pas personnellement l'Eglise orthodoxe, mais il décida de fonder sa propre grande église, supposant que dans le futur il arriverait à un accord avec l'Orthodoxie pour la faire reconnaître. L'initiative de MacGuire trouva rapidement des sympathisants, tout d'abord parmi les gens d'Antigua et d'autres îles des Caraïbes vivant aux États-Unis qui affluèrent vers son église. Grâce à ses talents de prédicateur et d'organisation, le nombre de fidèles augmenta rapidement et des branches de l'église commencèrent à apparaître en dehors des États-Unis, y compris en Afrique.

Dès le début, George MacGuire entama des discussions avec l'Église orthodoxe russe au sujet de son ordination, mais bien qu'il ait été accepté avec bonté, il ne put recevoir ce qu'il demandait. La raison en était qu'il voulait essentiellement recevoir l'ordination d'une Église dont il n'avait pas l'intention d'être un pasteur, mais plutôt de diriger sa propre «église indépendante», ce qui contredit les règles et les enseignements orthodoxes sur l'Église. Néanmoins, il parvint à un accord avec l'archevêque Vilett, chef de l'église catholique américaine autoproclamée. Vilett ordonna George MacGuire évêque le 28 septembre 1921.

La même année, MacGuire rencontra personnellement le Patriarche de Constantinople Meletios et a discuté avec lui de la possibilité de reconnaître «l'Église orthodoxe africaine». Il convainquit le Patriarche qu'ils croyaient en la Trinité et aux deux natures du Christ incarné aux sept Conciles œcuméniques, prêchaient le Credo sans changement (sans l'addition catholique du filioque), vénéraient la Mère de Dieu, et croyaienent au salut non seulement par la foi mais aussi par les œuvres. Selon les paroles de George, le Patriarche convint que leur enseignement sur ces points était orthodoxe, mais la question de les accepter dans la communion canonique fut reportée jusqu'à ce que "l'église orthodoxe africaine" "démontre stabilité et croissance".

En 1924, le Patriarche de Constantinople suivant Grégoire VII, dans le cadre du dialogue continu, demanda plus d'informations sur l'église de MacGuire. En fait, bien qu'elle ait accepté à bien des égards l'enseignement dogmatique orthodoxe, dans tous les autres domaines, y compris les services divins et la vie paroissiale, l '«église orthodoxe africaine» continuait à défendre l'ordre anglican. Au cours de la vie de George MacGuire, son plein recours aux voies orthodoxes n'eut pas lieu et, par conséquent, il ne devint pas une partie de l'Église orthodoxe universelle.

George mourut le 10 novembre 1934 et fut enterré dans le Bronx. Après sa mort, la branche de «l'église orthodoxe africaine» en Ouganda et au Kenya, dont les paroissiens comprenaient plus d'un tiers des fidèles, entra dans l'unité avec l'Église orthodoxe canonique et devint une partie de l'ancien patriarcat d'Alexandrie. Ainsi ont-ils amené à sa conclusion logique le mouvement que MacGuire avait initié. Grâce à ses efforts, en fin de compte des milliers d'Africains trouvèrent leur chemin vers l'Orthodoxie.

À l'heure actuelle, dans l'île natale de George, à Antigua, une paroisse de l'Église orthodoxe canonique de la juridiction antiochienne a ouvert ses portes. Cela pourrait être considéré comme un bel achèvement symbolique du chemin que ce fils distingué d'Antigua commença il y a 100 ans.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

*


* Antigua