"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mardi 22 août 2017

Paroles et anecdotes de Père Païssios (XIII)


Tant de combats, tant d'efforts, afin que l'âme se détache du monde, et puis elle ressent de la nostalgie. Même s'il [le moine] n'a pas l'intention d'aller dans le monde, il y réfléchit. L'esprit c'est alors comme un avion qui n'a pas atterri. Le Diable réussit. Le moine passe sa vie au monastère et son esprit est dans le monde.

*

Quand l'homme croit qu'il est sans valeur, il voit sa saleté, mais il ressent le confort, l'espoir, la sécurité et il y a des progrès et des bénéfices spirituels. Alors il dit qu'il ne sert à rien, mais il a du stress et du désespoir, cela signifie que tout va bien. Plus les yeux de l'âme sont purifiés, plus il se voit. Quand quelqu'un ne voit pas bien, il se voit en très bon état. Mais s'il utilise la loupe, il verra tout comme un travail spirituel qui doit être fait.

*

Lorsque nous ne ressentons pas de stress, il est bon de sentir l'impureté de notre âme. La douleur spirituelle apporte réconfort, tandis que la douleur diabolique apporte du stress.

*

Le moine ne doit jamais se justifier, ni accepter des pensées. Ensuite, le cœur se purifie et voit tout correctement.

*

Les gens avec une nature active sont beaucoup aidés par l'obéissance. Ils ne doivent pas s'éloigner de l'obéissance parce qu'ils nuiraient à eux-mêmes.

*

Quand un moine ne pratique pas l'obéissance, il force son père spirituel à le gifler. Le père a du mal mais pas à la main, seulement dans son cœur. Avec Dieu, c'est pareil. Ce n'est pas assez de voir combien Il a souffert pour nous. Dieu souffre comme le père qui frappe son enfant, mais comme Il l'a amené au monastère pour le faire moine, Il le sauvera par les épreuves. La méthode n'est pas agréable, mais Dieu est forcé d'utiliser cette manière.

*

Pour se débarrasser de l'esprit tiède, il est nécessaire que vienne la grâce de Dieu. Pourquoi Dieu ne m'aide-t-Il pas quand je demande Son aide? Parce que je ne suis pas obéissant, je n'ouvre pas mon coeur, je ne purifie pas ma coupe et je demande du vin. S'Il m'en donne, le vin sera aussi souillé. Si Dieu m'aide dans cette situation, je serai blessé à coup sûr.

*

Nous devrions avoir du zèle. Nous devrions utiliser notre zèle non pour le travail, mais dans le domaine spirituel.

*

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

lundi 21 août 2017

Paroles et anecdotes de Père Païssios (XII)



*

Dieu veut que nous le priions parce qu'il respecte la liberté de notre volonté.

*

L'homme spirituel comprend les états des autres. Comme c'est le cas, par exemple, quand quelqu'un veut l'exploiter, pour le voler. Mais il se concentre sur la bonne pensée... que l'autre est dans le besoin et qu'il ne se justifie pas. Le saint a une intuition qui l'aide à comprendre les états des autres.

*

S'il n'y a pas de repentance et d'humilité sincères pour que l'homme puisse ressentir la miséricorde de Dieu comme une nécessité, seule la lutte extérieure et la contrainte (sans discernement) conduisent à l'illusion [spirituelle].

*

Dans la mesure du possible, notre esprit devrait toujours être auprès de Dieu et penser aux bonnes choses.

*

Lorsque nous semons une poignée de blé, nous allons récolter, disons, 10 kilos. De la même manière, lorsque nous semons des épines, nous ramasserons des épines. Celui qui accomplira de bonnes actions générera d'autres bonnes actions et celui qui commet des péchés, ceux-ci engendreront d'autres péchés.

*

Le corps vieillit, mais le cœur (les bons ou les mauvais désirs) non.

*

Habituellement, quand quelqu'un est au début du monarchisme, son esprit s'adresse aux choses mondaines, aux choses blasphématoires et honteuses. 

Lorsque le moine progresse dans sa vie spirituelle, son esprit va aux choses neutres, ni bonnes ni mauvaises. 

Mais quand il progresse encore plus, son esprit est préoccupé pendant la prière par des discussions spirituelles et il pense que c'est une bonne chose, même si cela le distrait de la prière. C'est comme si quelqu'un allait prendre part à la Sainte Eucharistie et qu'il prenait le linge de Communion, mais alors, quelqu'un viendrait lui demander quelque chose. Le staretz Pierre a déclaré que le tentateur vient et génère une discussion spirituelle.

*

Dans le désert, l'homme sent qu'il est petit et quand il rencontre quelqu'un d'autre, il le traite avec amour, même s'il est étranger.

*

L'orgueil est en essence le manque d'amour, l'égoïsme.

*

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

dimanche 20 août 2017

Paroles et anecdotes de Père Païssios (XI)


*


Nous devons dire humblement dire notre pensée aux grands. Peut-être que nous les aiderons à penser d'une manière plus sage.

*

Chacun devrait agir conformément à son propre état spirituel. C'est-à-dire de faire des choses conformes à son état spirituel. (On ne doit pas dépasser sa mesure spirituelle)

*

Pendant le jour, vous devriez faire ce que Saint-Antoine le Grand a fait. Un peu d'artisanat, une petite prière. Et pendant la nuit, une petite étude spirituelle et la prière de Jésus. Un peu d'étude spirituelle puissante aide beaucoup.

*

L'homme doit méditer les bénédictions de Dieu, sa grande ingratitude et  demander la Grâce de Dieu avec l'âme brisée. Nous devrions trouver une raison en tout, pour remercier et glorifier Dieu.

*

De nos jours, c'est le moment où la prophétie de saint Antoine le Grand doit être accomplie: il arrivera un moment où les gens deviendraient fous et si quelqu'un était sain d'esprit, ils le diraient fou. Et cela parce que vous n'êtes pas comme lui.

*

Je connaissais des gens qui étaient charnels et qui épousèrent des femmes spirituelles. Ils ressentaient si intensément leur spiritualité qu'ils n'osaient pas se rapprocher d'elles et pensaient à les quitter. Si ces femmes ont tant changé leurs hommes charnels, la Génitrice de Dieu change encore plus les âmes des hommes.

*

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

samedi 19 août 2017

Paroles et anecdotes de Père Païssios (X)


Si les Pères avaient tant de dévotion pour ce qui concernait l'eau Sainte de la grande bénédiction, ils en avaient encore plus pour la Sainte Eucharistie. Ils jeûnaient pendant trois jours sans huile, mercredi, jeudi et vendredi, puis ils participaient à la Sainte Eucharistie.

*

Si vous voulez vous réjouir toute votre vie, devenez moine.

*

Les pécheurs souffriront à cause de leurs vœux dans l'au-delà.

*

Ce qui est l'essence pour le moteur, c'est le cœur de la vie spirituelle. Tout ce que l'homme fait avec son cœur, cela ne le fatigue pas. C'est pourquoi je dis à ceux qui me demandent ce qu'ils devraient étudier, qu'ils devraient étudier ce qu'ils aiment. Surtout quand il s'agit de certaines professions comme celle de docteur ou d'enseignant, il faut beaucoup aimer pour les choisir. Dans la vie spirituelle, le cœur doit participer à la prière.

*

La vie spirituelle exige beaucoup d'abnégation, d'oubli de soi et de générosité.

*

Quand quelqu'un est abattu, nous devons l'encourager et le réconforter. Mais quand il est plein d'entrain et dans l'égoïsme, il faut l'humilier.

*

Lorsque nous allumons un cierge pour l'âme d'une personne défunte, celle-ci en bénéficie grandement.

*

Plusieurs fois, nous, les moines, nous devenons sévères parce que nous ne vivons pas, nous ne voyons pas la douleur des autres, alors que les laïcs sont sensibles à la douleur des autres, parce qu'ils vivent près des personnes qui souffrent. C'est pourquoi nous devons faire de la douleur des autres notre propre souffrance et prier pour eux.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

vendredi 18 août 2017

Paroles et anecdotes de Père Païssios (IX)



Là où l'Evangile dit que Jésus a grandi en sagesse et en Grâce, cela ne veut pas dire qu'au début, il avait une connaissance et une vertu incomplètes et que celles-ci grandissaient en Lui avec l'âge, mais ayant dès le début toute la Connaissance et la Sainteté (puisqu'il était dès le Commencement uni avec Dieu). Il les a révélés progressivement, tout en grandissant, pour être accepté par les hommes et pour ne pas être considéré comme un monstre.

*

La grâce de la prêtrise est quelque chose de spécial comme une batterie étrange qui nous donne de l'énergie. Ce n'est pas quelque chose qui nous appartient, que nous avons gagné par notre propre effort.

*

Les fols-en-Christ ont beaucoup d'humilité et quelque chose de spécial par rapport aux autres saints: c'est pourquoi ils trouvent les mystères de Dieu. Autrefois ici, sur la Sainte Montagne, on pouvait en voir voir beaucoup. Quand, par exemple, la communauté sacrée avait commis une certaine erreur, ils allaient sonner les cloches de Protaton en signe de deuil. Beaucoup de ceux qui avaient de la piété pour eux, comprenaient ce qui s'était passé.

*

Le Diable aujourd'hui avec sa grande malice fait le plus grand bien à l'humanité, car les hommes pieux qui voient cette situation rencontrent d'autres hommes pieux et ils se soutiennent mutuellement.

*

Je ne vois pas trop de progrès pour ceux qui participent à la Communion régulièrement. De nos jours, la Sainte Communion a commencé à faire partie d'un programme régulier. De la même manière, nous jeûnons les lundis, mercredis et vendredis, et la plupart des hommes participent à la Sainte Eucharistie. Au temps du skite, nous recevions l'Eucharistie chaque semaine et pendant la semaine seulement si c'était une grande fête religieuse du Seigneur, de la Mère de Dieu ou d'un grand Saint. Le jour précédent, nous jeûnions et buvions de l'eau bénite de la grande bénédiction et le lendemain l'Eucharistie.

*

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

jeudi 17 août 2017

Paroles et anecdotes de Père Païssios (VIII)



Saint Porphyrios et saint Païssios  

*

La quintessence est l'humilité, la gentillesse et la simplicité. La gentillesse signifie essayer de voir ce qui plaît à l'autre pas, ce qui nous plaît. Dieu n'est pas injuste. Il complète ensuite ce que nous avons dépensé pour notre frère.

*

Tous ceux qui ont beaucoup d'enthousiasme et d'égoïsme doivent éprouver l'obéissance, et réduire leur volonté.

*

Le mal a progressé beaucoup et de nombreux changements ont eu lieu récemment. Mais il y a encore un bon levain. Grâce à cela, Dieu a pitié des autres aussi. Dieu interdit que ce levain se gâte, car alors, malheur à nous!

*

La prière pour les trépassés aide beaucoup. Chaque fois que j'étais fatigué ou que je n'avais pas eu le temps de prier pour les trépassés la nuit suivante, j'ai vu mes parents dans mon rêve et je ne prie jamais pour eux. [1]

*


Les pieux parents qui veulent voir leurs fils devenir moines ne devraient pas leur dire de devenir moines, mais ils devraient vivre eux-mêmes comme des moines. 

Ils ne devraient pas promettre à Dieu que leurs fils deviendraient moines, parce que si leurs fils n'avaient aucune vocation, ils seraient torturés toute leur vie. Cependant, si cela se produit [l'absence de vocation, l'évêque devrait leur lire une prière et ils ne devraient pas devenir moines.

*
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
THE ATHONITE TESTIMONY

..................
NOTE

[1] Le Père veut dire qu'il considérait cela comme un  rappel de son devoir de prier pour les morts.

mercredi 16 août 2017

Paroles et anecdotes de Père Païssios (VII)

Saint Père Païssios avec l'icône 
de saint Arsène de Cappadoce

*

Le Diable est tombé à cause de son orgueil. Quelle chose terrible! Le premier ange est devenu l'ennemi de Dieu et des hommes. Personne ne devrait ressentir de la haine mais avoir pitié de l'état qu'il a atteint.

*

Un jour, un diacre très gros est venu à la cellule de l'ancien Tikhon et je lui ai dit de jeûner tout le temps jusqu'à la neuvième heure. Après un certain temps, je l'ai retrouvé à Daphné et je ne l'ai pas reconnu parce qu'il était faible. Quand quelqu'un ne mange pas beaucoup mais mange souvent, le corps prend ses calories (vitamines) de ce qu'il mange. Mais quand il jeûne, il tient ses vitamines de son propre réfrigérateur (de ce qu'il avait stocké dans son corps). La nourriture riche et le manque de mouvement provoquent l'engourdissement des petits enfants et en paralyse même certains.

*

 Un homme âgé, qui n'a trouvé son repos nulle part pendant de nombreuses années, un homme comme celui-ci trouvera son repos s'il se cherche et travaille contre son ancien moi. Il ne trouvera pas de repos ici ou là, mais dans le cœur. C'est autre chose si quelqu'un en est au début et recherche humblement quelque chose.

*

Tout le monde doit sanctifier sa propre vocation, doit faire ce qu'il peut faire. Disons que je vais maintenant être psalte au Protaton* et prendre la place de Firfiris. Est-ce possible? Je ne puis faire cela. Je vais essayer de voir ce que je peux faire pour sanctifier ma vocation, comme le portier du Pirée qui a ressuscité son beau-père. Lui avec sa sainte vie a sanctifié tout le port: beaucoup ont changé en raison de sa vie. Mais il n'a pas dit: pourquoi ne deviendrai-je pas moine moi-même? S'il était bon comme moine, il ne se serait pas marié.

*

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
THE ATHONITE TESTIMONY

...................
NOTES
Psalte: lecteur ou chanteur dans l'Eglise
Protaton: Parlement du Mont Athos et église du lieu

mardi 15 août 2017

Paroles et anecdotes de Père Païssios (VI)



*
Nos temps sont très difficiles. Les chrétiens de nos jours doivent avoir beaucoup de patience pour être récompensés abondamment. Beaucoup de saints auraient souhaité vivre à notre époque pour obtenir une récompense plus élevée.

*

Le malheur est un zèle engendré par la méchanceté et l'envie. Mais notre zèle doit être bon, sans aucune méchanceté. Nous pouvons le réaliser lorsque nous voyons quelqu'un (qui fait que nous sommes émerveillés par lui) qui nous envie et qui souffre de quelque  mal. Si nous sommes heureux de cela, cela signifie que notre zèle était de la malice.

*

La bénédiction est fructueuse quand elle est prononcée du cœur. C'est pourquoi Isaac a dit à Esaü de lui apporter de la nourriture, afin que son cœur puisse se réjouir et qu'il puisse le bénir.

*

La pensée de celui qui est généreux doit s'intéresser plutôt à l'amour de Dieu, à son sacrifice, alors que la pensée d'une personne dure doit s'intéresser plutôt au jugement de Dieu, à la récompense. Cela signifie que cela dépend de la disposition intérieure de chacun d'eux.

*

Humilité et amour, c'est tout.

*


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

lundi 14 août 2017

Paroles et anecdotes de Père Païssios (V)

Saint Arsène de Cappadoce et saint Païssios l'Athonite

*

Quand quelqu'un est nerveux, il vaut mieux ne pas lui parler du tout, même pas avec gentillesse, car celui-ci est comme les blessés qui n'acceptent pas de réconfort parce qu'il est irrité par ses plaies.

*

L'âme et l'esprit qui sont mentionnés dans l'Écriture sainte ne sont pas deux choses différentes, comme l'a dit Makrakis. Par exemple: "Loue le Seigneur, ô mon âme et mon esprit se réjouit..."

*

Nous ne devons pas analyser en détail si quelqu'un dit avec simplicité quelque chose qui est inapproprié d'un point de vue dogmatique. Nous devons avoir unebonne pensée, parce que Dieu jugera à Sa manière.

*

Quand l'homme pèche, la grâce de Dieu s'éloigne de lui. Quand il se repent, il revient à l'état initial et se purifie complètement. Mais il a toujours une marque de cette tache, bien que cela soit nettoyé. 

*

Un sorcier m'a dit que quand il allume une bougie de cire pure, les démons n'osent pas se rapprocher quand il les invoque comme ils le font quand il allume des chandelles ordinaires.

*

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

dimanche 13 août 2017

Paroles et anecdotes de Père Païssios (IV)


*

La négligence signifie que le miel [1] manque. Cela signifie que le moine n'est pas sucré par les spirituels. Lorsque l'âme n'a pas de disposition pour la prière, il faut se forcer. Et peu à peu, l'appétit vient et l'âme s'adoucit. Un malade mange des soupes, des bonbons et tout lui semble insipide, mais il essaie de se forcer à tout manger. Alors il prend des forces et sa condition s'améliore, il a de l'appétit et sent le goût de la nourriture.

*

Un peu d'étude spirituelle et beaucoup de prière avec le chapelet. Lors de la prière et dans les offices saints, nous devrions participer de tout notre cœur.

*

Un jour, le Diable est apparu et m'a dit: "Je suis le Christ, adore-moi!". Mais j'ai répondu: "J'adore toujours le Christ. Et si tu étais le Christ, tu ne m'aurais pas demandé de t'adorer."

*

Les moines doivent honorer de manière très spéciale l'Entrée au Temple de la Génitrice de Dieu, parce que de même que la Sainte Mère de Dieu est entrée dans le saint des saints, les moines, par leur tonsure, entrent dans la sainte vie monastique.

*

Chez ceux qui ne sont pas cultivés spirituellement, la volatilité extérieure montre celle qui est en eux.

*

S'il n'y a pas de virilité, il n'y a pas de croissance. La virilité est quand vous vous revêtez complètement de la foi en Dieu. Quelqu'un qui est ainsi a de la virilité, a l'Amour et Dieu se soucie de lui.

*

J'ai entendu dire que la lampade de la Génitrice de Dieu d'aviron se met en  mouvement. La Sainte Mère de Dieu essaie de nous réveiller, de nous faire nous repentir, mais les hommes de nos jours ne s'émeuvent pas du tout - ils ne retrouvent pas leurs esprits - peu importe combien les lampades se mettent en mouvements.

*

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

.................
NOTES

[1]Jeu de mot. En grec négligence amélia [αμελεια], et miel méli [μελι ]

samedi 12 août 2017

Paroles et anecdotes de Père Païssios (III)


*

Si quelqu'un jeûne humblement, l'aide divine est justifiée. Mais s'il dit: le Prophète Moïse a jeûné pendant 40 jours. Ce saint s'est efforcé de cette manière, alors je le ferai aussi, alors il n'accomplit rien. 

Car la grâce divine disparaît et tout ce qu'il fait, est fait par l'homme seul, qui est mû par son égoïsme. Le combat physique aide quand il est fait avec noblesse.

*

Lorsque vous lisez, lisez peu et appliquez ce que vous lisez dans votre vie. Vous devriez non seulement lire, lire et lire comme le bébé qui suce la sucette à la place du sein de sa mère. 

Nous ne devrions pas lire [seulement] car cela nous offre un plaisir supplémentaire. Quelques laïcs lisent des livres spirituels pendant des heures car ils y trouvent du bonheur et ils pensent même qu'ils ont un niveau spirituel élevé et disent ceci à d'autres personnes pour se mettre au-dessus d'eux et ils ont l'impression qu'ils sont quelqu'un. 

Mais s'ils vont dans un monastère, ils ne peuvent pas y rester, ils partent. Dans le monde, ils pensaient qu'ils étaient meilleurs parce qu'ils lisaient sans appliquer ce qu'ils lisaient et ils furent même été loués pour cela. Mais ici, ils ne sont rien, et personne ne les loue. 

Les Occidentaux ont cet esprit. Ils lisent, lisent et chacun a son propre point de vue. Ils sont tous comme certains théologiens instruits et ils tentent d e tout interpréter.

*

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

vendredi 11 août 2017

Paroles et anecdotes de Père Païssios (II)


*

Pour voir l'autre comme un ange, tu dois toi-même devenir ange.

*

Fais attention à la manière dont tu te comportes avec les laïcs, car aujourd'hui certains interprètent tout. On m'a apporté une lanterne avec une dynamo qui permet qu'elle se recharge. Je la gardais sous mon oreiller. Quelqu'un qui l'a vu a dit: le staretz Païssios a un pistolet!

*

Quand un  homme atteint la condition dans laquelle il est heureux de mourir, son amour de soi a disparu.

*

Le combat spirituel n'exige pas beaucoup. L'homme avec une nature impuissante qui ne pratique pas beaucoup de combats peut s'humilier, montrer de l'amour, assumer l'erreur commise par un autre. S'il a une maladie et qu'il la reçoit avec gratitude, il reçoit beaucoup de bénédictions et s'humilie à cause de la maladie. Tout le monde a des circonstances atténuantes, sauf le Diable, parce que nous recevons tous son influence. Les personnes spirituelles portent le fardeau des autres. C'est la forme la plus élevée de l'amour et non le fait que vous l'aidiez dans son combat. Porter ce qui est plus dur. C'est bien l'amour, mais l'orgueil pourrait vous influencer.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

jeudi 10 août 2017

Paroles et anecdotes de Père Païssios (I)




Si un moine ne peut pas dire " le staretz m'a repris, parce que je suis blâmable, il devrait au moins dire" il m'éprouve," et il ne devrait pas prétendre être fâché ou dire "il ne m'aime pas!"

*

Quand quelqu'un m'offense  et que je le gifle, c'est une réaction humaine. Quelqu'un d'autre qui est à un niveau spirituel plus élevé, se retiendra d'agir ainsi. Et le pur, celui qui n'a pas de passions, se réjouis s'il est offensé!

*

La méchanceté masque l'égoïsme, car le méchant est aussi mécontent. Le méchant proteste, se met en colère, a un grand amour de lui-même et un grand entêtement. Le vertueux se réjouit de tout.

*

Nous offrons toujours à Dieu le meilleur.

*

Dieu ne pense pas à celui qui ne pense qu'à lui-même.

*

La pénétration du cœur est un changement spirituel qui prend place durant la prière. On doit sentir la présence de Dieu. Alors on est empli de gratitude parce que l'on voit tout comme une bénédiction de Dieu.

*

Souvent notre propre justification gâte tout, et la Grâce de Dieu s'en va. Si le moine ne se justifie pas et qu'il s'humilie, alors la Grâce de Dieu revient.

*

Un jour, je disais quelque chose à quelqu'un - et ceci pendant assez longtemps- et celui-ci répliqua: " Oui, mais..."

Ce mais  (justification de soi) bouleversa tout. Ce mais n'a pas de sel ( pas de bon goût, pas de Grâce). Il gâte tout.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

mercredi 9 août 2017

Saint Païssios l'Athonite: Les conseils des saints pour pratiquer la vertu.



Abba quels sont les attributs des saints?


"L'amour avec humilité, la simplicité avec discernement, ce sont les attributs des saints. Si l'homme s'impose avec discernement pour suivre le mode de vie des saints, il se sanctifie. Nous recevrons beaucoup d'aide dans le labeur pour acquérir des vertus si nous prenons les saints comme modèles.

En nous comparant aux saints, nous voyons nos propres passions, nous nous réprimandons, nous nous humilions et nous nous efforçons avec magnanimité et zèle divin de suivre leur exemple. 

Nous n'avons aucune raison de ne pas avancer tant que nous avons les conseils et la vie des saints, leur saint exemple. Tous les saints sont des enfants de Dieu et ils nous aident, nous pauvres enfants de Dieu en nous montrant comment éviter les pièges du Malin. 

En étudiant la vie des saints, notre âme est exaltée et elle est incitée à suivre leur exemple et à avancer courageusement dans la lutte pour l'acquisition des vertus. 

La même ferveur spirituelle peut être remarquée chez tous les saints, seulement chacun la manifeste d'une manière différente. Ils voient l'amour qu'ils ont eu pour Dieu et ainsi est illuminé en eux le zèle divin pour les suivre."


 Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

mardi 8 août 2017

Archimandrite Paul Papadopoulos: Même si vous n'êtes pas bien, cela n'a pas d'importance!



Plusieurs fois, nous confondons notre humeur sentimentale avec celle qui est spirituelle. C'est pourquoi beaucoup de gens disent lors de la confession "maintenant, je suis bien" ou "maintenant, je suis très mal". En parlant de leur humeur sentimentale, ils veulent parler leur humeur spirituelle et c'est faux.

Quelqu'un pourrait être très bien spirituellement, alors qu'il ne l'est pas sentimentalement. Ce que je veux dire, c'est que notre humeur sentimentale n'est pas la même que notre condition spirituelle et nous devons les distinguer dans notre esprit.

Quand j'ai une mauvaise humeur sentimentale - j'ai découvert qu'une de mes connaissances est malade - cela ne signifie pas que je suis dans une mauvaise condition spirituelle. Et vice-versa. Si je n'ai aucun problème et que je suis tout le temps de bonne humeur, cela ne signifie pas que je fais un progrès spirituel.

Bien sûr, quand l'homme trouve et connaît le Christ, il a de la joie à l'intérieur, mais cela ne signifie pas qu'il ne se fâchera pas à cause d'une certaine chose dans sa vie quotidienne. Les sentiments montrent notre nature humaine, mais ils ne doivent pas étouffer nos efforts spirituels pour trouver le Christ partout et pour toujours.

Même les saints avaient leurs hauts et bas sentimentaux, mais cela ne veut pas dire qu'une fois ils avaient trouvé le Christ et une autre fois,non. Les saints ne sont pas des robots sans sentiments. La vertu d'être sans passion mentionnée par les saints Pères n'est pas une humeur sans aucun sentiment, une sorte d'insensibilité, mais une humeur dépassionnée, une humeur sans passions.

Le saint apôtre Paul exhorte les hommes à se réjouir. Seulement cette joie ne doit pas être une simple émotion sentimentale, mais une humeur existentielle profonde qui résulte de l'Amour de Dieu.

Personnellement, j'ai peur pour les chrétiens qui ont toujours un faux sourire sur le visage, parce qu'ils se sentent coupables d'exprimer leurs sentiments - par exemple parce qu'ils ne sont pas de bonne humeur - qui deviennent étouffés par ces sentiments au lieu de les étouffer et qui deviennent géants en eux et ils ont des humeurs étranges d'autarcie, d'entrave, de syndrome de culpabilité et de troubles psychiques.

L'homme de Dieu n'est pas soudainement ainsi.

L'homme de Dieu, même s'il n'est pas bien, il est bien à la fin, parce qu'il a Dieu dans sa vie, bien qu'il ait des problèmes et qu'il ne soit pas toujours de bonne humeur.

L'objectif n'est pas d'être tout le temps d'humeur géniale et joyeuse, le but est d'avoir le Christ au centre de notre vie, même si nous ne sommes pas bien du point de vue sentimental.

Nous ne devrions pas nous sentir coupables du fait qu'un jour, nous ne sommes pas de bonne humeur, parce que c'est humain, ce n'est pas un péché.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

lundi 7 août 2017

Staretz Ephrem de Philotheou: Les pensées blasphématoires avant la Communion



Les chrétiens par exemple vont communier et ils sont attaqués par des pensées impies, même contre la Sainte Eucharistie. Satan n'hésite pas à apporter des pensées très sales, de sorte que l'homme inexpérimenté peut avoir peur et se dire: quel genre de pensées sont ces pensées? Et comment vais-je faire pour communier comme ça? Et elles sont horribles et effrayantes, et le chrétien pense qu'il est à l'origine de ces pensées et qu'elles découlent de son état de pécheur. Cela le convainc et il est troublé et panique. 

Que va-t-il arriver maintenant? Vais-je communier? Ou ne devrais-je plutôt pas le faire? Comment faire lorsque j'ai de telles pensées? Mais toutes ces pensées sont celles de Satan pour faire croire que ces pensées sont celles de l'homme et l'éloigner de la Sainte Eucharistie ou l'approcher avec grande  anxiété et ensuite ne pas pouvoir en ressentir les bienfaits.*

Ainsi, le chrétien doit savoir que ces pensées terribles qui viennent et ne peuvent être dites ni exprimées ne sont pas les siennes et il n'est pas coupable d'elles. Ils viennent de Satan et il n'est pas  fautif pour elles. Bien sûr, il pourrait y avoir une raison, il aurait laissé une petite fenêtre ouverte et, par elle, sont entrés certains moustiques qui causent des plaies, des démangeaisons, de l'anxiété afin que nous ne puissions pas dormir.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

* C'est aussi l'enseignement du Métropolite Antoine [Khrapovitsky] dans son livre sur la Confession

dimanche 6 août 2017

Miracle de Père Païssios à Serres (R)



L'article suivant parut dans le numéro de Septembre 2012 du périodique grec ΔΙΑΛΟΓΟΣ

Il y a quelques semaines un [...] miracle contemporain du staretz Païssios a eu lieu dans un petit village de Serres. Il a été décrit par l’hypodiacre Amphilochios de la Cathédrale des Saints Archanges à Serres, telle qu'il a été vécu par Pantelis K.

Pantelis, 18 ans, jeune usager de drogues, a eu un terrible accident avec sa moto juste à l'extérieur de son village, ce qui a entraîné des blessures graves à la tête et il a subi une commotion cérébrale. Il était probablement sous l'influence de drogues, parce que, bien qu'il ait été dans des programmes de réadaptation, ce démon de l'héroïne ne l’avait pas quitté. Il est entré dans l'unité de soins intensifs de l'Hôpital Général de Serres avec des blessures à la tête.

Les médecins le maintenaient en coma artificiel, et après une infection nosocomiale, il s’est trouvé dans le coma, le diagnostic final étant qu'il était en état de mort cérébrale. Les médecins, n'ayant pas d'autres possibilités qui s'offraient à eux, ont jeté l’éponge et dit à la mère affligée que la situation était entre les mains de Dieu.

La date de l'avis définitif de mort cérébrale était le 13 Juillet. Dans une journée, son fils aurait eu 18 ans, et au lieu d’entrer dans la vie adulte, elle le voyait luttant dans son lit, non pas dans la bataille connue du fléau de la drogue, mais assez directement pour sa survie même.

La belle Mme Anastasia ne voulait pas abandonner. Après l'exhortation de son saint père spirituel, Papa Athanasios, elle a pris le bus à destination de Thessalonique, le lendemain, et elle s’est dirigée vers le monastère sacré de Saint-Jean le Théologien à Souroti.

Elle connaissait la stature [spirituelle] du staretz Païssios, mais elle ne savait pas que ce jour-là, 14 Juillet, cela faisait 18 ans exactement depuis le trépas du staretz. Quand elle est arrivée et qu’elle a vu les gens rassemblés, elle a été surprise, mais quand on lui a dit que son fils unique était né le même jour exact où le staretz reposa en Christ, elle s'est presque évanouie. Elle a ressenti quelque chose qu'elle ne peut toujours pas décrire… une union avec le divin, le rayonnement du staretz, et le sentiment que quelque chose de bon viendrait de tout cela.

Malgré la situation critique de son fils, elle ne l'a pas utilisée pour passer avant son tour, mais elle a attendu avec humilité et à genoux pendant plus de quatre heures, jusqu'à ce que ce soit son tour de vénérer le lieu où reposait le staretz Païssios. Elle a prié pour son enfant et a pris un peu de terre de la tombe, qu’elle apporta à son père spirituel, qui, après avoir prié sur elle en a fait un phylactère de protection. Madame Anastasia a couru à l'hôpital et l'a placé sous l'oreiller de son fils.

Cette nuit même, elle vit dans son sommeil le staretz Païssios qui lui disait: "N'aie pas peur Pantelis se rétablira."

Le lendemain matin, Pantelis avait récupéré et il était en bonne santé, ce que les médecins ont été incapables d'expliquer. Un fort parfum avait envahi la salle et il a été découvert plus tard que cela venait de l'oreiller de Pantelis, sous lequel sa mère avait placé secrètement le phylactère avec la terre de la tombe du staretz.

La seule chose dont Pantelis se souvient de sa période de léthargie, c’est la silhouette d'un vieillard vêtu de noir, lui disant: "Allons, lève-toi mon garçon pour aller avec ta mère. Tes collybes ne sont pas prêts. Il se passera un long moment jusqu'à ce que nous les mangions. "

A partir de ce matin, Pantelis a eu une aversion pour la drogue et il est en bonne santé, étudiant et essayant d’entrer à l'université. Il se confesse au père spirituel de sa mère et il voulait que ce miracle que sa famille a vécu soit distribué, par l’hypodiacre Amphilochios.

« Parfois, quand une personne ne comprend pas par le bien, Dieu lui donne une épreuve, pour se rattraper. S'il n'y avait pas un peu de douleur, de maladie, etc, les gens deviendraient des bêtes, et ne s'approcheraient pas du tout de Dieu." - Staretz Païssios 

Version française Claude Lopez-Ginisty
D’après 

Tombe du saint staretz Païssios
de bienheureuse mémoire