"Dans la confusion de notre époque quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom de l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui l'on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 24 septembre 2017

Le staretz Païssios vous a opéré ce matin!



Nikolaos Koulouris, professeur du Département juridique de l'Université européenne de Chypre relate l'événement suivant...

En 2012, Stelios Kreouzos, journaliste de la Cyprus Broadcasting Corporation et étudiant chez moi au département de droit de l'Université européenne de Chypre, a été diagnostiqué avec des liquides dans les poumons et le cœur. Il a souffert pendant un an et demi, subissant un traitement à l'hôpital pendant de longues périodes. En fin de compte, son médecin lui recommanda de subir une opération pour drainer le liquide et mettre un terme à ses difficultés. Le chirurgien dit au patient qu'il y avait des dangers considérables dans l'opération.

La veille de l'opération planifiée, l'homme est allé à l'hôpital. Il était naturellement préoccupé par le résultat de l'opération. Il a reçu la visite l'après-midi d'une cousine qui lui a apporté un livre du staretz, maintenant saint Païssios l'Athonite, lequel, lui a -t-elle dit, l'aiderait à le rétablir. Je devrais dire que, jusqu'à ce moment, l'homme n'avait eu qu'une relation superficielle et formelle avec Dieu et la foi orthodoxe, comme, hélas, la plupart des Grecs. Il commença à lire le livre du staretz. À un certain moment, il atteignit le passage où, selon son biographe, le staretz  demandait à Dieu de lui envoyer une forme de cancer pour le tester, et cela fit une grande impression sur l'homme. Mais ce fut la parole suivante qui l'émua profondément: "Dieu, chaque jour de ma vie est entre tes mains." En larmes, dans un état très émotif, mon élève commença à répéter à haute voix ces paroles du staretz à plusieurs reprises: "Dieu, chaque jour de ma vie est entre tes mains». C'était une forme de prière indirecte, mais pleine de substance, pour le succès de l'opération.

Quand son épouse l'entendit, elle alla dans la chambre dans une certaine détresse et lui demanda pourquoi il pleurait, afin de le calmer et de lui assurer que l'opération irait bien. Il lui demanda de le laisser seul dans la chambre, d'aller à la maison et de s'occuper de leurs deux jeunes enfants. Elle devait dormir et se calmer.

Alors il fut laissé seul dans la pièce, où il continua à répéter les paroles du staretz et à pleurer. Plus tard, lorsque la nuit était bien avancée, il perçut, comme dans une vision, la présence d'un homme portant l'habit monastique. Instinctivement, et sans se rendre compte de l'importance totale de ce qu'il disait, il se tourna vers le moine et dit: "Père Païssios, si tu viens pour moi, aide-moi à faire que l'opération soit réussie." Et il continua à pleurer et à répéter les paroles du staretz en disant "Dieu, chaque jour de ma vie est entre tes mains." Cela se poursuivivit jusqu'à 5:45 au matin du jour où l'opération devait être effectuée. Il s'endormit, mais avant de le faire, il regarda sa montre et il se souvient que c'était cette heure.

À 7 heures du matin, une infirmière vint le réveiller et le préparer à l'opération. A  la grande surprise de l'infirmière, les vêtements et la literie de l'homme étaient trempés. L'infirmière lui demanda s'il s'était renversé de l'eau sur lui,  et l'homme dit que non.

On lui donna des vêtements secs, et on l'emmena dans une pièce à proximité pour que les procédures finales soient effectuéees pour trouver l'emplacement précis et la quantité de liquide dans les poumons et le cœur, car le chirurgien aurait besoin de l'information pour l'opération.

Lorsque le technicien releva les informations, il dit à l'infirmière d'amener le patient à une autre machine parce que celle qu'il avait utilisée souvent ne fonctionnait pas correctement, et que cette fois-ci, elle n'avait rien montré.

Il fut donc emmené vers une autre machine particulièrement fiable, et qui n'avait jamais eu de problèmes. À son étonnement, le technicien vit qu'il n'y avait aucun signe de liquide dans une partie du corps du patient. Il prit immédiatement contact avec le chirurgien pour lui en parler.

Il se trouve que ce chirurgien particulier était un homme proche de Dieu, et il était déjà conscient de ce qui s'était passé dans la chambre du patient la veille, car, entre-temps, ce dernier l'avait mentionné. Le chirurgien déclara au technicien: "J'ai une bonne idée de ce qui s'est passé, mais juste pour être complètement sûr, emmenez-le faire une [autre] analyse, avec une mention sur le diagnostic de la position et de la quantité du fluide dans son corps."

Et c'est ce qu'ils firent. Lorsque l'examen fut terminé, le médecin qui examina les résultats entra en contact avec le chirurgien de mon élève, et lui a dit qu'il devait y avoir eu une erreur dans la note de recommandation et que le patient devait avoir été envoyé pour examen pour une autre raison. Il le dit parce que les résultats montraient "qu'il n'y avait aucune trace de liquide dans le corps du patient."

 Le chirurgien dit ensuite à l'infirmière de ramener l'homme dans sa chambre. Le chirurgien l'accompagna et dit au patient d'enlever sa tenue d'hôpital, de mettre ses vêtements habituels et de rentrer à la maison. Mon étudiant posa la question évidente: "Mais qu'en est-il de l'opération, docteur?" Ce dernier répondit: "Le staretz Païssios vous a opéré ce matin!"

Tout cela m'a été dit personnellement par mon élève, qui loue Dieu depuis ce jour et  qui commémore Saint Païssios aujourd'hui.


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

samedi 23 septembre 2017

Ste Elisabeth de Russie




"Nous travaillons, prions et espérons tous les jours faire l'expérience de la miséricorde de Dieu. Chaque jour, nous vivons un miracle continu. D'autres commencent à sentir cela et à venir dans notre église pour donner du repos à leur âme. "
*
«Je désire remercier, remercier toutes les minutes pour tout ce que le Seigneur m'a donné. Je désire Lui apporter ma gratitude insignifiante, Le servir, Lui et Ses enfants qui souffrent. "

*
"Il semble que depuis mon enfance j'ai eu un grand désir d'aider ceux qui souffrent, en particulier ceux dont les âmes souffrent".
*
«Nous devons émerger de la Terre triste, jusques au Ciel et nous réjouir avec les anges pour le salut d'une seule âme sauvée, pour une seule tasse d'eau froide donnée au Nom du Seigneur».
*

Version Française Claude Lopez-Ginisty
d'après

*


Fermeture de la paroisse de Pully ( Lausanne-Suisse)


Située dans la banlieue de Lausanne, la chapelle de la Nativité de Pully accueillait depuis près de 70 ans la communauté orthodoxe russe vaudoise. La propriété devant être mise en vente, la paroisse cessera d’y célébrer le 20 septembre 2017, et elle devra libérer les lieux pour la fin du mois.

« L’EGLISE » RUSSE DE PULLY
Située dans la banlieue de Lausanne, au bout d’une ruelle descendant vers le Lac Léman, dans le sous-sol d’une villa, la chapelle de la Nativité de Pully accueillait depuis près de 70 ans la communauté orthodoxe russe vaudoise. La propriété devant être mise en vente, la paroisse cessera d’y célébrer le 20 septembre 2017, et elle devra libérer les lieux pour la fin du mois.
Ce n’est pas seulement un local qui soudain sera restitué à sa destination première (de chambre à lessive et de cave!), c’est toute une époque qui s’achève, un pan d’histoire qui disparaît, avec l’afflux inévitable de tous les souvenirs qui, au fil des ans, ont tissé une trame subtile de présences et de prières, en ce lieu et dans nos cœurs.
Souvent, dès que les exilés russes arrivaient en “terre de liberté”, leur souci premier était d’organiser une vie spirituelle au sein d’une paroisse, pour se retrouver dans l’Eglise entre compatriotes. A Lausanne, beaucoup de ces futurs paroissiens étaient des suisses de Russie, et c’est grâce au descendant de l’un d’ entre eux que la villa de Pully accueillit la paroisse de la Nativité. 
Une future paroissienne, Mme Cérésole dont le nom évoque le Canton de Vaud (mais elle était née Tchitchérine !) était amie d’un de ces suisses de Russie, Raymond Devrient (1904-1987). C’était le fils d’Alfred Devrient (1840-1920), éditeur célèbre de Saint-Pétersbourg, qui accepta de prêter gracieusement le sous-sol de sa villa pour y établir la petite chapelle de la Nativité. A son décès en 1987, la famille avertit la communauté qui s’inquiétait pour son avenir, qu’elle pouvait continuer à rester dans son local.
Mais à présent qu’il faut quitter définitivement ce lieu de tant de chers souvenirs, viennent à l’esprit d’innombrables figures du passé. Ce passé était pour beaucoup celui de l’exil forcé, mais aussi de la liberté et de la sécurité retrouvées sur la terre d’Helvétie.
Les lieux, et surtout ceux liés à la spiritualité, où l’on a célébré la vie véritable en Dieu par les baptêmes, les mariages et autres offices d’intercession, sont chargés d’une histoire dense qui lie à jamais les êtres qui y participèrent. Il n’est donc pas facile d’accepter, que disparaisse cette petite chapelle sans pincement au cœur …
Le premier prêtre qui y officia, le Père Igor Troyanov vint s’établir à Lausanne avec sa famille, depuis la Yougoslavie devenue communiste. La Suisse était son deuxième lieu d’exil. La plupart des paroissiens avaient ce même parcours, venant de différents lieux d’Europe. Il y eut même un temps, un paroissien qui venait de Chine, et qui ne parlait que le russe et le mandarin.
L’atmosphère de cette chapelle était unique. Le plafond bas, la pénombre éclairée seulement par les cierges et les lampades, l’odeur d’encens qui l’imprégnait, tout contribuait à en faire un lieu de prière au calme feutré. Bien sûr, il n’y avait pas beaucoup d’espace dans le sanctuaire, derrière son petit iconostase qui avait été peint longtemps auparavant par le célèbre moine iconographe Cyprien, plus tard célèbre archimandrite de Jordanville (USA). De même, dans le reste du lieu, une partie des fidèles devaient se tenir pendant les cérémonies dans la pièce parallèle à l’entrée. Mais les offices étaient célébrés régulièrement dans une paix et un calme profonds. La prière y était tangible.
On ne peut parler de cette chapelle sans évoquer le chef de chœur Nina Vassilièvna Grigorieff, qui avait une amplitude de voix extraordinaire, et qui passait du soprano à la basse sans effort lorsqu’il le fallait. D’autres visages viennent en mémoire, Mme Descombat, Melle Dosmanoff, Mme Karpouchko, et tant d’autres paroissiens qui nous ont quittés au fil des ans. Monseigneur Ambroise (1947-2009) succéda au Père Igor Troyanov, qui mentionnait souvent la visite de Boris Christoff, dont la voix de stentor retentissait puissamment entre les quatre petits murs de la chapelle. Mais celle-ci eut aussi l’honneur insigne d’accueillir “l’apôtre de la diaspora”, le grand thaumaturge de l’Eglise russe hors frontières, saint Jean de Changhaï et de San Francisco.
Chaque année, la visite de Vladyka Antony, archevêque de Genève et d’Europe occidentale, était un des événements majeurs de la vie de la communauté. On se demande encore comment, tout le clergé parvenait à officier dans le sanctuaire, et comment le peuple pouvait tenir dans ce local exigu, qui prenait alors des allures de cathédrale, lors de cet office pontifical. Mais tout se passait bien, dans une atmosphère de joie et de recueillement.
Bien sûr, il y avait la “grande église” Sainte-Barbara de Vevey. Elle existait depuis le XIXème siècle, période où il y avait une communauté russe importante sur la Riviera vaudoise. Bientôt de plus en plus d’offices y eurent lieu, mais à l’origine, la chapelle suffisait. Il faut dire que les finances du diocèse, de la paroisse, et des paroissiens, ne permettaient pas de chauffer et d’entretenir régulièrement ce bâtiment. Et les  déplacements des fidèles jusqu’à l’Eglise Sainte Barbara, représentaient une dépense importante pour des paroissiens dont la plupart étaient alors relativement démunis.
Il y eut cependant plus d’offices à Vevey lorsque, pour les grandes fêtes, il s’avéra que « l’église » de Pully était beaucoup trop petite. Ce fut bien sûr le cas lorsque la communauté s’agrandit avec les nouveaux venus, d’autres russes échappés d’URSS dans les années soixante. Dans les années qui suivirent, les orthodoxes exilés des Balkans – qui n’avaient alors pas d’églises dans le Canton de Vaud- et les suisses, les français ou les autres convertis vinrent agrandir la communauté. On célébrait en slavon d’Eglise et en français quelquefois.
Lorsque la dernière prière sera prononcée par le prêtre, et que le peuple répondra Amin ! les paroissiens auront une pensée reconnaissante pour la famille Devrient qui permit gracieusement que cette paroisse exista si longtemps à Pully. Chacun gardera en son cœur et en son âme le souvenir lumineux des offices célébrés en ce lieu. Chacun reverra aussi les visages de tous ceux, morts ou vivants qui y ont officié, chanté ou prié depuis la fondation de la paroisse, et il les emportera pour les garder précieusement dans sa mémoire.

Protodiacre Michel VERNAZ
Vevey, 6/19 Septembre 2017
Commémoration du Miracle de l’Archange Michel
à Colosses (Chonae)


Hier


Aujourd'hui

vendredi 22 septembre 2017

Soyez patients



Soyez donc patients, frères lorsque vous attendez l'avènement du Seigneur. Voici, le laboureur attend le précieux fruit de la terre, prenant patience à son égard, jusqu'à ce qu'il ait reçu les pluies de la première et de l'arrière-saison. ( Jacques 5:7)


Dieu a mis des rêves et des désirs dans le cœur de chaque personne. Mais la plupart du temps, il y a une saison d'attente. Peut-être que vous attendez l'amélioration d'une relation; que vous attendez de vous marier; que vous attendez une promotion ou que vous attendez de surmonter une maladie. Une grande partie de la vie est passée en attente. Mais il y a une bonne façon d'attendre et une mauvaise façon d'attendre. 

Trop souvent, lorsque les choses ne se passent pas selon nos plans, notre humeur chute, nous sommes découragés ou angoissés et inquiets. C'est parce que nous n'attendons pas de la bonne manière.

Notez que le verset de l'Ecriture d'aujourd'hui ne dit pas si vous attendez; Il dit lorsque vous attendez. Le fait est que nous allons tous attendre. Il poursuit en disant que nous devrions examiner comment l'agriculteur attend - patiemment et avec enthousiasme. Nous ne sommes pas censés nous asseoir et être découragés; Nous sommes supposés être pleins d'espoir, positifs et pleins d'espérance!


Aujourd'hui, peu importe ce pour quoi vous priez, attendez-vous à ce que les choses changent en votre faveur. 

Aujourd'hui pourrait être le jour où Dieu retourne la situation. Comme vous attendez avec patience et espérance, vous ouvrirez la porte pour que Dieu vienne agir. Il combattra pour vous dans vos batailles, et vous verrez cette abondante récolte qu'Il a promise dans tous les domaines de votre vie.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après






jeudi 21 septembre 2017

FEUILLETS LITURGIQUES DE LA CATHÉDRALE DE L’EXALTATION DE LA SAINTE CROIX


8/21 septembre
NATIVITÉ DE LA TRÈS-SAINTE MÈRE DE DIEU
Saint Sérapion du monastère du Saint-Sauveur à Pskov (1480) ; saint Lucien de Pereyaslavl (1655) ; saint néo-martyr Athanase de Thessalonique (1774) ; saint Sophrone, évêque d’Achatalea en Géorgie (1803) Saints Jean (1957) et Georges (1962), confesseurs (Géorgie).
Lectures : Philip. II, 5-11 ; Lc. X, 38-42 ; XI, 27-28




LA NATIVITÉ DE LA TRÈS-SAINTE MÈRE DE DIEU[1]

N
otre Dieu créa l'homme et le plaça dans le Paradis pour qu'il ne se préoccupe que de cultiver le bien et de contempler Dieu seul par ses œuvres. Mais, par la jalousie du diable, qui séduisit Eve, la première femme, Adam tomba dans le péché et fut exclu du Paradis de délices. Par la suite, Dieu donna Sa Loi aux hommes par Moïse et fit connaître Ses volontés par les Prophètes, en préparation d'un bienfait plus grand: l'Incarnation de Son Fils unique, le Verbe de Dieu, qui devait nous délivrer des filets du Mauvais. En assumant notre nature, le Christ voulait participer pleinement à notre condition déchue, hormis le péché: car Lui seul est sans péché, étant Fils de Dieu. C'est pourquoi Dieu Lui prépara une demeure immaculée, une arche pure, la très Sainte Vierge Marie, qui, bien qu'elle fût elle aussi soumise à la mort et à la condamnation de nos premiers parents, fut élue par Dieu depuis l'origine des âges pour être la nouvelle Ève, la Mère du Christ Sauveur, la source de notre rédemption et le prototype de toute sainteté chrétienne.

Son père s'appelait Joachim. Il descendait de la tribu royale de David par la branche de Nathan, son fils. Nathan engendra Lévi, Lévi engendra Melchi et Panther, Panthère engendra Barpanther, père de Joachim. Anne, l'épouse de Joachim, descendait elle-aussi de la tribu royale; car elle était la petite-fille de Mattha, lui-même petit-fils de David par Salomon. Mattha épousa une certaine Marie de la tribu de Juda, et ils donnèrent naissance à Jacob, le père de Joseph le charpentier et à trois filles: Marie, Sobée et Anne. Marie donna naissance à Salomée la sage-femme; Sobée à Elisabeth, la mère du Précurseur, et Anne à la Mère de Dieu, Marie, qui portait ainsi le nom de sa grand-mère et de sa tante. Elisabeth et Salomée, les nièces d'Anne, étaient donc les cousines de la Mère de Dieu. Selon une divine économie, et pour montrer la stérilité de la nature humaine avant la venue du Christ, Dieu avait laissé Joachim et Anne sans progéniture jusqu'à un âge avancé. Comme Joachim était riche et pieux, il ne cessait de s'adresser à Dieu par la prière et de Lui offrir des présents, pour qu'Il les délivre, lui et son épouse, de leur opprobre. Un jour de fête, alors qu'il s'était présenté au Temple pour déposer son offrande, un des fidèles s'adressa à lui en disant: «Il ne t'est pas permis de présenter ton offrande avec nous, car tu n'as pas d'enfant». Alors, le cœur ulcéré, Joachim ne rentra pas chez lui, mais se retira dans la montagne, seul, pour prier et verser des larmes devant Dieu. Pendant ce temps, Anne versait elle aussi d'abondantes larmes et élevait de ferventes supplications vers le ciel, dans son jardin. Notre Dieu, riche en miséricorde et plein de compassion, entendit leurs supplications et envoya auprès d'Anne l'Archange Gabriel, l'Ange de la bienveillance de Dieu et l'annonciateur du salut, pour lui annoncer qu'elle allait concevoir et donner naissance à un enfant, malgré son âge, et que l'on parlerait de cette progéniture par toute la terre. Elle répondit, pleine de joie et de surprise: «Aussi vrai que vit le Seigneur mon Dieu, si j'enfante soit un fils, soit une fille, je le consacrerai au Seigneur mon Dieu, pour qu'il Le serve tous les jours de sa vie». Joachim, lui aussi, reçut la visite d'un Ange qui lui ordonna de se mettre en chemin avec Ses troupeaux pour rentrer chez lui et se réjouir avec sa femme et toute leur maison, car Dieu avait décidé de mettre fin à leur opprobre.

Or, neuf mois étant passés, Anne enfanta. Elle demanda à la sage femme: - «Qu'ai-je mis au monde?» Celle-ci répondit: - « Une fille. » Et Anne reprit: - «Elle a été glorifiée en ce jour, mon âme!» Et elle coucha délicatement l'enfant. Les jours de la purification de la mère exigés par la Loi étant accomplis, elle se releva, se lava, donna le sein à son enfant, et lui donna le nom de Marie: le nom qu'avaient attendu confusément les Patriarches, les Justes et les Prophètes, et par lequel Dieu devait réaliser le projet qu'Il tenait caché depuis l'origine du monde.

De jour en jour, l'enfant se fortifiait. Quand elle eut six mois, sa mère la posa à terre, pour voir si elle tiendrait debout. Marie avança alors de sept pas assurés, puis revint se blottir dans le giron de sa mère. Anne la souleva en disant: «Aussi vrai que vit le Seigneur mon Dieu, tu ne fouleras plus ce sol avant que je ne t'emmène au Temple du Seigneur. » Et elle établit un sanctuaire dans la chambre de l'enfant, où rien de vil ni de souillé par le monde n'entrait. Et elle fit venir des filles d'Hébreux de race pure, pour jouer avec l'enfant. La première année de la petite étant écoulée, Joachim donna un grand festin. Il invita des Prêtres, des scribes et les membres du Conseil, et tout le peuple d'Israël. Joachim présenta aux Prêtres la petite fille, ceux-ci la bénirent en disant: «Dieu de nos pères, bénis cette petite fille et donne lui un nom qui soit nommé éternellement et par toutes les générations. » Et tout le peuple répondit: «Qu'il en soit ainsi, qu'il en soit ainsi! Amen!» Joachim la présenta aussi aux princes des Prêtres. Ceux-ci la bénirent en disant: «Dieu des hauteurs sublimes, abaisse Ton regard sur cette petite fille, et donne lui une bénédiction suprême, une bénédiction à nulle autre pareille!» 

Sa mère emporta Marie dans le sanctuaire de sa chambre et lui donna le sein, en adressant au Seigneur Dieu cette hymne: «Je veux chanter au Seigneur mon Dieu une hymne, parce qu'Il m'a visitée et qu'Il a écarté de moi l'outrage de mes ennemis. Car le Seigneur m'a donné un fruit de Sa justice, cette justice qui est une et multiple tout ensemble. Qui annoncera maintenant aux fils de Ruben qu'Anne est Mère? Apprenez, apprenez, vous les douze tribus dIsraël, qu'Anne est mère!» Puis elle posa l'enfant dans la chambre du sanctuaire, sortit et alla servir les invités, qui se réjouissaient et louaient le Dieu d’Israël.

Tropaire de la Nativité de la Mère de Dieu, ton 4
Рождество́ Твоé, Богоро́дице Дѣ́во, ра́дость возвѣсти́ всéй вселéннѣй: изъ Тебé бо возсiя́ Со́лнце Пра́вды, Христо́съ Бо́гъ нашъ, и, разруши́въ кля́тву, дадé благословéнiе, и, упразди́въ смéрть, дарова́ на́мъ живо́тъ вѣ́чный.
Ta nativité, Vierge Mère de Dieu, a annoncé la joie à tout l’univers, car de toi s’est levé le Soleil de Justice, le Christ notre Dieu, qui, en détruisant la malédiction, nous a donné la bénédiction ; en abolissant la mort, Il nous a donné la vie éternelle.


Kondakion de la Nativité de la Mère de Dieu, ton 4
Iоакмъ и нна поношéнiя безча́дства и Ада́мъ и Éѵа отъ тли́ смéртныя свободи́стася, Пречи́стая, во святѣ́мъ рождествѣ́ Твоéмъ. То́ пра́зднуютъ и лю́дiе Твои́, вины́ прегрѣшéнiй изба́вльшеся, внегда́ зва́ти Ти́ : непло́ды ражда́етъ Богоро́дицу и пита́тельницу жи́зни на́шея.
Joachim et Anne ont été délivrés de l’opprobre de la stérilité, et Adam et Ève  de la corruption de la mort, ô Immaculée, en ta sainte nativité ; c’est elle que fête également ton peuple libéré de la condamnation pour ses péchés, en te criant : « La stérile met au monde la Mère de Dieu, la nourricière de notre vie ».

Au lieu de « il est digne en vérité », ton 8
Велича́й, душé моя́,  пресла́вное рождество́ Бо́жiя Ма́тере.
Чу́жде ма́теремъ дѣ́вство, и стра́нно дѣ́вамъ дѣторождéнiе: на Тебѣ, Богоро́дице, обоя́ устро́ишася. Тѣ́мъ Тя́ вся́ племена́ земна́я непреста́нно велича́емъ.
Magnifie, ô mon âme, la très glorieuse nativité de la Mère de Dieu.
Étrangère est aux mères la virginité et inconnue des vierges est la maternité. En Toi, Mère de Dieu, l’une et l’autre furent réalisées. C’est pourquoi toutes les tribus de la terre ne cessent de Te magnifier.



AU SUJET DE L’EPÎTRE DE LA FÊTE

Le passage de l’épître aux Philippiens, retenu par l’Église pour toutes les fêtes de la Mère de Dieu, dont celle de la Nativité que nous célébrons aujourd’hui, est celui où il est question en détails de l’incarnation du Christ. C’est en effet la Mère de Dieu qui en fut l’instrument. En outre, cette épître nous appelle à l’humilité qui fut l’ornement par excellence tant de la Mère de Dieu que de son Fils. Nous reproduisons ci-dessous les commentaires de St Justin de Tchélié sur le verset : « « Il s’abaissa plus encore, obéissant jusqu’à la mort, et à la mort sur une croix ! » (Phil.II,8)
« Il est descendu dans la mort, dans l’abîme le plus profond de la mort, afin d’en délivrer, en tant qu’homme tout puissant sans péché, le genre humain. En vérité, c’est un abaissement incommensurable pour le Dieu-homme que de descendre dans l’abîme fétide de la mort, là où tant d’être humains se putréfient et se décomposent, là où la fétidité provenant du péché est insoutenable, où le pouvoir cruel des esprits impurs et mauvais est insupportable. « Il fut obéissant jusqu’à la mort ». Obéissant à qui, à quoi ? – A l’amour Divin, et au dessein du salut du monde par la mort sur la Croix du Fils de Dieu. Par Son « obéissance » à Son amour sans limite pour l’homme, à Sa commisération, à Sa miséricorde universelle. La mort est un abaissement pour l’homme à l’image de Dieu, et d’autant plus pour le Dieu-homme sans péché. L’homme, par son amour du péché s’est abaissé jusqu’à la mort, et s’est soumis à la mort. Aimant le péché jusqu’au bout, l’homme ne pouvait se délivrer de la mort, car par ses propres péchés, tels des chaînes que l’on ne peut rompre, il s’est soumis à l’esclavage de la mort. Et les péchés sont la force de la mort. Le Dieu-homme sans péché est réellement mort comme homme, mais la mort ne pouvait Le retenir en son pouvoir, parce qu’il n’y avait pas en Lui de péché – cette seule force, à l’aide de laquelle la mort détient sous son joug les êtres humains. Entré chez celle-ci volontairement, Il l’a détruite depuis l’intérieur par Son absence de péché et Sa justice Divino-humaines, sauvant ainsi le genre humain de la mort. Le Dieu-homme, qui est toute justice, toute lumière, absence de péché, a illuminé même l’instrument de mort le plus honteux – la Croix, et lui a transmis la force miraculeuse et salvatrice de Sa Personne Divino-humaine. Pour cette raison, la Croix n’est pas seulement le signe du salut, mais la force même du salut, « la puissance Divine » (I Cor. I,18) même ».



[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras

mercredi 20 septembre 2017

A Prayer of Elder Sophrony Sakharov



*

Père Raphaël [Noica]récite en roumain une prière de son père spirituel le staretz Sophrony de Maldon ( UK)
*

"Ô DIEU ET NOTRE PÈRE,
source du temps et de l'éternité,
Qui, par Ton pouvoir, a fixé un terme à notre vie sur terre,
et par Ton Fils Unique, nous accorde,
par la résurrection la vie immortelle
et un Royaume immuable -
accepte-nous qui T'implorons,
et soutiens-nous par Ton Saint-Esprit
alors que nous approchons de Ton trône d'en Haut,
daigne accepter notre louanges et nos actions de grâces...

Nous Te prions, ne nous abandonne pas;
mais comme au temps jadis
Tu envoyas ton Saint-Esprit
sur les sacrifices offerts par nos pères,
à présent, dans ta bonté,
ne méprise pas nos supplications, ni notre adoration,

Car Toi seul es notre Dieu et à Toi revient la gloire,
maintenant et toujours,et aux siècles des siècles.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

SOLIDARITE KOSOVO

Plusieurs milliers d'euros de matériel livrés aux clubs de sport des enclaves
Chers amis,
Au début du mois de septembre 2017, Arnaud Gouillon, directeur de Solidarité Kosovo, s'est rendu dans plusieurs enclaves du Kosovo. Avec un double objectif : d'une part visiter plusieurs écoles ayant demandé des financements pour des travaux de rénovation cet hiver (nous vous en parlerons le moment venu), d'autre part apporter du matériel à plusieurs clubs sportifs préalablement sélectionnés en lien avec le père Serdjan, notre correspondant sur place.




Les enfants du club d'athlétisme de Prilužje posent avec Arnaud Gouillon et le père Serdjan autour du matériel apporté par Solidarité Kosovo.

Ils étaient quatre clubs, dans quatre enclaves : un club de volley à Lipljan, un de football féminin à Gračanica, un d'athlétisme à Prilužje et un de karate à Štrpce. Ces quatre clubs ont été sélectionnés en raison de leur dynamisme et de leur importance pour les habitants des enclaves.
À Gračanica, le club de foot féminin est le seul du Kosovo. Il accueille des jeunes femmes de toute la ville mais aussi des villages serbes alentours. Elles s'y retrouvent dans un lieu protégé, où elles n'ont rien à craindre, où elles peuvent d'abord se dépenser physiquement mais aussi discuter entre elles, partager sur leur quotidien, se réconforter mutuellement, s'encourager. Pour chacune d'elles, c'est un bol d'air hebdomadaire qu'elles ne rateraient pour rien au monde.
Nous leur avons apporté des ballons de qualité et des tenus complètes qui viendront renforcer l'esprit d'équipe.
    Des clubs portés à bout de bras
À Lipljan, tous les jeunes hommes de l'enclave – un tout petit quartier serbe au milieu d'une ville totalement albanaise – se retrouvent jusqu'à quatre soirs par semaine pour l'entrainement de volley. Là aussi, c'est un moment de convivialité important pour ces hommes dont la plupart peinent à trouver du travail. Le sport les aide tous à tenir le coup, à ne pas se laisser aller à la déprime et surtout à ne pas sombrer dans l'alcool, fléau hélas tellement répandu au Kosovo.
Là aussi, nous leur avons apporté des ballons et des tenues complètes, mais aussi plusieurs filets neufs.
À Štrpce, ils sont plus de cinquante enfants à fouler le tatami, sous la houlette bienveillante mais ferme de Marko, jeune entraîneur de 22 ans qui tient le club à bout de bras. Jusqu'à présent, ils s'entrainaient avec seulement quatre paires de gants. Malgré ces limitations matérielles, les enfants ont un niveau impressionnant qu'Arnaud Gouillon, grand amateur de sports de combat, a pu apprécier lors d'une démonstration qu'il a suivie avec intérêt.
Ils s'entrainent désormais sur des tatamis neufs... et avec une paire de gants par enfant.



Les enfants du club de karaté de Štrpce en pleine démonstration.
Enfin, à Prilužje, ils sont là aussi une cinquantaine d'enfants à se retrouver deux fois par semaine sur un terrain d'athlétisme usé. Là encore, un jeune coach tient le club à bout de bras et le fait vivre malgré les difficultés.
Les haies, les chaussures et les survêtements que nous avons fournis au club aideront le jeune coach à dispenser un entraînement de qualité à ses élèves.
    Le sport, un outil de cohésion
Tous ces clubs ne vivent bien souvent que par la volonté d'une personne, souvent un jeune homme ayant un jour refusé de voir ses compatriotes s'enfermer dans la passivité et ayant décidé de leur donner un moyen de se reprendre en main. Comme dans chacune de nos opérations, nous faisons ainsi attention à ne pas nous substituer à nos amis serbes mais à accompagner leurs initiatives, à leur donner les moyens d'aller au bout de ce qu'ils entreprennent.
Contrairement à ce qu'on pourrait penser, le sport est fondamental pour les habitants de ces enclaves : il est un outil de cohésion sociale, il forge les corps et les volontés, mais il permet aussi parfois de quitter ces enclaves, le temps de matchs amicaux ou de compétitions en Serbie par exemple. Ces voyages hors du Kosovo sont d'ailleurs le plus souvent financés par les clubs de Serbie centrale, qui expriment ainsi leur solidarité avec leurs frères opprimés au Kosovo.
Merci encore pour votre soutien, sans qui rien de tout ça n'aurait été possible.
L'équipe de "Solidarité Kosovo"
PS : les personnes souhaitant nous aider peuvent contribuer au développement de nos activités en nous faisant un don. Par chèque à l’ordre de « Solidarité Kosovo », BP 1777, 38220 Vizille ou par Internet en cliquant sur le lien de paypal ci-après:

« Solidarité Kosovo » étant reconnu d’intérêt général, chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66% du montant du don. A titre d'exemple, un don de 100 € vous permet de déduire 66 € sur la somme de vos impôts à payer. Ainsi votre don ne vous coûte en réalité que 34 €.